Alimentation HT BT pédagogique


#1

Bonjour à tous,

Après avoir restauré plusieurs anciennes radios j’aimerai aller un peu plus loin dans la théorie, l’étude et la compréhension des tubes électroniques, ces merveilleux composants si intriguant!. Pour ça, je souhaiterai me fabriquer une alimentation HT BT pour « jouer » avec des tubes, tracer des courbes, faire des expériences, des mesures etc en suivant entre autre les cours de Bassi mais pas seulement que sur du papier. Afin de bien comprendre, j’ai besoin de voir, de toucher, de construire, de mesurer, faire des erreurs, rien de mieux que de mettre en pratique afin que le franc tombe …:slight_smile:

Cette alimentation de labo devait certainement exister pour l’enseignement dans les écoles de radio dans les années 50-60 je suppose.

Auriez-vous un schéma ou une alim déjà réalisée à me conseiller ?

Quelques caractéristiques :

Tension variable stabilisée de 0-350 V environ 200mA ? Protégée contre les cc, je vais sûrement en faire

Tension variable de grille

Tension filament 6.3v

Alimentation G2 pour mesurer des pentodes?

Plusieurs sockets afin de faire des mesures sur du noval, de l’octal…Des petits voltmètres/ampèremètres chinois (je préfère des aiguilles mais c’est bcp plus onéreux) afin de visualiser facilement tout ça… Ou juste une sortie commutable pour brancher un voltmetre-amperemetre numérique de base…Le tout fabriqué à la base et principalement avec de la récup. J’ai déjà bien sur le transfo HT récupéré dans une vieille radio, qui délivre aussi du 6.3V, une seule tension de chauffage est-ce suffisant ?

Vos suggestions sont les bienvenues

Cordialement,

Gaëtan


#2

Bienvenue Gaëtan !


#3

voir ici le lien

image

http://s3.e-monsite.com/2011/02/18/57912307alimentation-ht-bt-labo-dossier-technique-pdf.pdf

http://tsfsepelliere44.e-monsite.com/pages/realisations/alimentation-ht-bt-labo.html


#4

Bonjour,

effectivement , l’alimentation montrée, et donnée en lien, devrai tout a fait convenir et répond presque totalement au cahier des charges (notez qu’un débit de 200mA est déja bien important , dans la majorité des cas 100 mA suffiront a moins de vouloir faire de la sono !)
…En ajoutant a cela une épave d’un lampemètre de dépannage basique, de n’importe quel type même hors service (pour les supports de lampes, le cablage , et la commutation des électrodes) on aura quasiment tout ce qu’il faut …Et même un lampemètre hors service fera le job puisqu’on utilise une alim de labo séparée et un (ou des ) multimètre(s) externes

Dans le cas de cette alim : Les diverses tensions sont obtenues avec des régulateurs électroniques, ici des LM317 (ce qui étend les possibilités) plutôt qu’un unique enroulement de chauffage 6,3V , ou un transfo a prises intermédiaires …mais le montage nécessite 2 transfo et une électronique un peu plus complexe que celle d’un lampemètre …


#5

Bienvenu.
Enfin un vrai bricoleur/constructeur!


#6

Bonjour Jean-Michel, Paul, Slouptoouut

Merci pour vos réponses rapides ! En effet cette alimentation correspond parfaitement à ce que je recherche. La réalisation semble dans mes cordes, sauf la fabrication des circuits imprimés. Il va falloir que je me fabrique une insoleuse. La réalisation des différents circuits est-elle envisageable sur des plaquettes à pastilles pour prototypes ?

J’ai un boîtier qui convient parfaitement (un ancien recorder à cassettes de chaîne hifi).

Au sujet des transfos tête-bêche, ils doivent être absolument symétriques ? J’en ai un qui sort 2 X 33V et un autre qui sort 2 X 31,9V, puis-je les monter tête-bêche ? (transfo d’éléments de chaîne hifi également). Je pense que ces transfos vont être la partie la plus difficile à trouver ou alors faire avec plusieurs neufs style transfos d’isolement pour le 230V ? Ou alors en rebobiner un à partir d’une épave, garder le primaire et rebobiner les secondaires (à la main, je n’ai pas de bobineuse, compter le nombre de tours/volt en débobinant) pour avoir exactement ce dont j’ai besoin ……

Je pense que je vais avoir encore beaucoup de questions……

Bien à vous,


#7

Bonjour,

l’emploi de 2 transfo tête bêche dont 1 transfo 2x33 et d’un autre en 2x31,9 est tout a fait possible ! ( vu les tolérances sur les fluctuations de la tension du secteur, et vu que l’électronique à tubes est bien plus tolérante que celle a semiconducteurs , les petits écarts qui en résulteront n’auront guère d’incidence )
Sinon, un transfo d’alimentation de machine-outil a commande numérique peut s’avérer très intéressant (ils ont très souvent a la fois un secondaire 220V isolé, un secondaire 24 ou 2x24 , et un secondaire 110) encore faut il avoir l’occasion de trouver une machine CN hors service ou obsolète et pouvoir récupérer le transfo d’alim de la CN !

le boitier d’une “platine magnéto cassette” peux contenir une telle alim, mais sa face avant n’est pas le plus pratique (trous de porte à cassette et trous des touches ) a moins de se farcir tout un travail de tolerie pour refaire totalement la face avant !

Les circuits imprimé sont suffisamment simple pour se faire en gravure directe (a défaut d’insoleuse, de révélateur , et tout le toutim …) en dessinnant directement sur une plaque cuivrée brute avec un stylo spécial genre “dalo” , ou a la rigueur un stylo a marquer les CD et DVD en repassant plusieurs fois pour être sur qu’il résiste au perchlo … Puis gravure en cuvette au perchlorure de fer réchauffé et remué pour activer la gravure (agitation a la main, réchauffage avec une lampe à infrarouges pour les poussins suspendue au dessus …)

Le perchlo, les plaques cuivrées brutes, et tous les composants se trouvent aisément en magasin d’électronique (ou en ligne)
La cuvette ( si vous ne l’avez pas déjà !) peut être une cuvette de labo photo, ou n’importe quelle cuvette plastique à usage ménager (surtout pas métallique !)
La lampe a infrarouge pour les poussins (facultative) se trouvera dans n’importe quelle animalerie ou n’importe quel magasin de fournitures d’élevage et d’agriculture (a moins que vous l’ayez déjà, si vous élevez des poules …)

sloup


#8

Bonjour,

Je suis occupé à étudier le schéma et à faire la liste des composants dont j’aurai besoin. Avec les afficheurs LCD chinois, comment mesurer du 400V continu alors que je vois que la plupart indiquent 0-100V DC ? (comme sur le schéma aussi d’ailleurs pourtant il affiche 402V !!)

Cordialement,


#9

Personnellement, j’ai utilisé il y a ± 50 ans, du blanc liquide pour sandales (de gym par exemple), avec une plume (pas de zoiseau, mais une plume pour écrire à la main avec de l’encre comme au bon vieux temps). Ça marchait très bien. Le vernis à ongles est bien aussi.
plume


#10

Pour le chauffage du perchlorure, une résistance chauffante pour aquarium convient très bien.


#11

Bonjour,

on ne trouve plus (ou bien difficilement !? ) du “blanc pour chaussures de gym” ! (ils préfèrent vendre une autre paire de pompes !)

reste effectivement a essayer le vernis à ongles, mais le stylo spécial genre “dalo” ou le stylo spécial CD et DVD est plus pratique et revient pas plus cher …

Pour mesurer 400V avec un volmètre pas prévu pour, il faut ajouter une résistance, ou un pont diviseur à résistances , calculé pour 1000V
(je ne peux pas donner de valeurs : les valeurs de résistances dépendent des caractéristiques du voltmètre )


#12

Je ne sais pas si c’est la même chose que le blanc d’avant.


#13

Bonjour,

oui, en effet ça existe …Mais ça ne se trouve pas facilement au magasin de sport du coin , et j’ai des doutes sur la tenue au perchlo de ce produit ?!


#14

Il suffit d’essayer!

En tout cas, avec la plume et le blanc (d’antan), j’ai réalisé des circuits imprimés relativement complexes, avec des circuits intégrés logiques, comme par exemple, un manipulateur électronique, ou encore une horloge électronique avec des nixies.


#15

Bonjour,

je parlais des produits d’aujourd hui (souvent “sans ceci” et “sans cela” sous pretexte d’être "bon pour l’environnement …) souvent moins efficaces même pour ce a quoi ils sont normalement destinés …

sloup


#16

Bonjour,
Pour les circuits imprimés, j’utilisais de l’encre de brai, dans ma jeunesse. C’est à dire du brai (produit utilisé pour l’étanchéité des terrasses notamment) en solution dans du benzène.
C’était parfait pour cet usage, mais je ne crois pas qu’on trouve encore du benzène en vente libre à notre époque car déclaré comme dangereux et cancérigène.
Pour dessiner le circuit, une plume de normographe à réservoir était l’outil idéal.
C’est Francis Thobois qui donnait cette technique dans ses nombreuses descriptions de montages pour la radiocommande de modèles réduits.