Appareillage électrique d'antan

bonjour,

encore un pour les amateurs!
1920 ou 1940?

1940, mes grands parents avaient eu « le courant » en 1944, dans la campagne près de Terrasson ( Dordogne) : mêmes équipements. Il est probable que le catalogue ait peu évolué entre 1920 et 1940, concernant l’éclairage, les prises et fusibles.

bonjour,

au juste, et même si ça parait être "qu’un détail …A propos des cartouches fusibles normalisées ( qui ont détrôné tous les ancien fusibles a tabatière, a broches, a culot à vis, et autres …)
Quelqu’un saurait il pourquoi les valeurs normalisé des calibres de cartouches fusibles usuelles sont échelonné selon les « séries Renard »
(c’est a dire du genre 10 ; 12 ; 16; 20 ; 25 ; 32 ; 40 ; 50 ; 63 ; 80 A … )
Et non selon les séries E6, E12 de la norme CEI60063 comme les résistances
(c’est a dire du type 10 ; 12 ; 15 ; 18 ; 22 ; 27 ; 33 ; 39 ; 47 ; 56; 68; 82 A … )

( Ils ont bien adopté les séries normalisé de la norme CEI60063, de manière universelle, pour quasiment tous les composants électroniques…Pourquoi ne l’ont il pas fait pour les fusibles ? )

Parce que ce ne sont pas des composants électroniques?

Probablement que vu les dispersions de caractéristiques des fusibles , il n’y avait pas besoin d’autant de valeurs
Et puis un fusible de 20A à la place d’un de 16 fera aussi bien le travail en cas de court-circuit

S.

Oui…Sauf qu’en théorie ( je dis bien : en théorie !) un fusible calibré à 16A sautera à 17 A, alors que celui de 20 A sautera vers 21 A

Oui en théorie, mais en pratique c’est un peu diffèrent
20A c’est bon
21A ce ne serait pas bon?
La marge est plus grande que cela.

Les fusibles ne sont pas précis à 5%; (les disjoncteurs non plus).
Cela va aussi dépendre du type de fusible, de la température ambiante et de la ventilation.

De mémoire, il doit bien y avoir entre 20% et 30% de marge.

Ce qui donne pour un fusible 20A, pour une température ambiante à 20°C; un courant de plus de 24A ou plus de 26A pour entrainer la fusion du fusible (et ceci au bout d’un temps assez long plus de 20 minutes.

Qu’il y ait de la marge ne dit pas qu’il faut mettre n’importe qu’elle valeur.

En Angleterre dans la fiche de l’appareil il y a un fusible qui est calibré au courant nominal de l’appareil, ce qui protège le cable d’alimentation et l’appareil. Cela me semble plein de bon sens.

En électricité domestique, avoir des prises 16A, protégées par un disjoncteur 20A courbe C, c’est souvent largement surdimensionné.
Par exemple pour alimenter un rasoir qui son cable d’alimentation, qui est du 0.5mm cela fait un peu beaucoup en cas de souci sur le cable du rasoir.

Même chose pour alimenter une box .

Pendant le premier confinement j’ai eu la chance (car aucunes restrictions de liberté) d’être coincé en Lettonie dans une charmante petite ville cotière avec un appartement de l’époque soviétique. Tout avait été refait avec un compteur et des disjoncteurs différentiels moderne mais un jour j’ai eu le malheur de mettre le four electrique et la bouilloire en même temps (qui avaient l’avantage non négligeable de signaler l’état de leur thermostat en faisant clignoter la lumière dans tout l’appartement) Résultat: plus de rien dans les prises.

Après avoir téléphoné a leur équivalent d’EDF on m’a redirigé vers le fusible en amont, dans les parties communes, et c’est là que c’est devenu amusant: je vous laisse constater :grin: .

2 J'aime

C’est probablement historique.

Dans les bizarreries:

En monophasé, les disjoncteurs de branchement Enedis sont des multiples de 15A

15A, 30A, 45A, 60A, logique c’est les tranches historiques d’abonnement de 3KVA qui sont calculées pour une tension de 200 volts. ce qui n’est plus vrai avec le Linky et les 235V habituels
Par contre les interrupteurs différentiels sont des 40A et 63A

Pourquoi cette valeur de 40A et pas 45A comme le disjoncteur de branchement (ou un 32 A normalisé) qui ne correspond à rien et oblige de passer à un inter diff de 63A si le branchement est un 45 A

fusibles d’origine materiel allemand WW2…
CF une alim de recepteur d’epoque


et les fusibles qui vont avec
image
impossible de sous ou sur calibrer un fusible a chaque intensite sa forme specifique qui n’entre que dans le support correspondant

Bonjour,

Ah ! les fameux fusibles « bouteille » allemands !

sous leurs aspect obsolètes et peu engageants, ils ont bien des avantages , dont :

-Effectivement et comme déjà dit : des formes et dimensions différentes selon le calibre (rendant effectivement impossible le surcalibrage, un fusible plus fort ne se peux pas se monter !)

mais aussi :

-Un repérage facile et immédiat du fusible « sauté » , sans démonter, et sans utiliser d’instruments : tous ces fusibles ont un « voyant de fusion » mécanique, une pastille rouge qui s’en va quand le fusible a fondu, et ce voyant de fusion se voit a travers la petite fenêtre ronde a l’avant du bouchon (pas besoin d’ouvrir le support de fusible ni d’utiliser un contrôleur )

-les filetages des bouchons de supports de fusibles sont normalisées et sont les mêmes que ceux des lampes d’éclairage …Ca permet aux fabricants d’utiliser le même outillage pour les fabriquer (par emboutissage) …Mais permet aussi , pour les bricoleurs, d’utiliser les supports de ces fusibles en guise de douilles de lampes , notamment en partant de supports pour fusibles D11/E27 en 20 ou 25 A et en les modifiant un peu (j’ai récupéré par le passé de tels supports de fusible, au dimensions des culots E27 , sur d’anciennes machines-outils allemandes, et réalisé a moindre frais des rampes de spots pour soirée, du temps des « boum » des années 1980-90 et des spots de couleurs à filament, type R80, 60 W !)

sloup

Bonjour,

« Fusibles bouteille » ce sont des Diazed de chez Siemens, j’en ai encore en service sur des blocs de dérivations de Canalis là ou je bosse :slightly_smiling_face:

C’est sûr que ça n’est pas de toute première jeunesse!

Bonne journée

Florian.L

Et ol n’y a pas plus de morts par électrocution en Lettonie qu’ailleurs je pense … :wink:

Ce sont les mêmes fusibles que l’on utilise en Suisse depuis un siècle ou plus …

Sous-calibrer est toujours possible, pour sur-calibrer il faut remplacer la vis de ccontact calibrée sur le grand modèle 500 volts ou supprimer la bague de calibrage sur le petit modèle 250 volts.

La couleur n’est par rouge mais fonction de l’intensité :
Vert 6A, rouge 10A, gris 16A, bleu 20A, jaune 25A.

Pour les valeurs au dessus de 25A c’est un modèle identique plus grand de 30, 35, 50, 63A dont je ne connais pas les couleurs de tête.

Mais sur internet on trouve réponse à tout ou presque :

L’existence de fusibles intégrés dans les fiches des appareils en Angleterre trouve sa raison principale dans le fait qu’un circuit de prises peut être protégé sous 32A alors que la prise n’est conçue, il me semble, que pour 13A maximum.
Pour pouvoir utiliser une protection 32A les circuits ont une particularité très anglaise qui est qu’il sont câblés en anneau et alimentés par les deux bouts de sorte que le câblage (en 2,5mm²) puisse supporter l’intensité.
Pour plus de détails, voir là : David Savery Electrical Services Ltd. - Sockets: Rings n' Radials

Bonjour à tous,
pour @slouptoouut, voici une armoire datant de 1974 qui va être mise à la retraite et son destin sera certainement la déchetterie pour être remplacée par un tableau avec des protections plus modernes et moins imposant.

on est chez un menuisier ??

1 J'aime

Avec les étiquettes, ça y ressemble fortement

Guy

Oui l’atelier de mon papa qui était artisan et que je transforme et coupe en 2 parties, une pour faire mon atelier de réparation TSF et l’autre que je garde en menuiserie avec combiné Lurem qui était à mon oncle et le ruban de mon père.
Ruban

Je me suis séparé des autres machines.




3 J'aime