Bescherelle, réveille-toi !

Ça me paraît au contraire tout à fait logique!

A retenir

Il me revient à la mémoire une expression militaire que je n’ai plus entendue depuis mon séjour sous les drapeaux. Un adjudant-chef disait souvent « Vu l’arbre en boule ? » signifiant « Vous avez compris ? »
Mais mes recherches sur google pour trouver l’explication de cette expression n’ont rien donné de convaincant. Son origine me reste totalement obscure, comme pour bon nombre d’expressions de notre belle langue :thinking:

Bonsoir,
En topographie militaire, c’était utiliser pour désigner un objectif ou une direction ! :wink:
Pour approfondir :


DG

Du patois troufionesque, donc…
Du coup, troufion viendrait d’un trou de balle ou pas ?

Hola ! Je pense que tu confonds le troufion avec le troufignon !!

bonsoir

Exact . les adudants que j’ai eu pendant mon service militaire ( FFA 1967-1969) utilisaient cette expression dans ce sens :wink:

Bonjour à tous,
cela ne viendrait pas de la guerre d’Algérie? « Vu, l’arbre en boule au fond du taloueg? » pour désigner une cible au tireur?

Bonjour,
Ça servait, surtout, à fixer indiquer une direction, avec un point, au loin.
Ensuite, à partir de ce point, l’objectif était précisé, le bras rendu et en utilisant les doigts de la main, par exemple « dans cette direction, vu l’arbre en boule, deux doigts à droite, une cabane, … ! ».
Cet arbre n’était d’ailleurs, pas toujours en boule, comme le peuplier ! :wink:
DG

L’armée est généralement une source d’élargissement du vocabulaire moyen pour les jeunes, jusque-là limités à des expressions courantes et standard

A l’armée, on apprend par exemple des mots comme :

Chouraver : chiper, voler,
En chier : souffrir
Crapahuter : en chier à marcher sur terrain difficile
Bastos : cartouche (et non pas « balle » comme dans le civil, terme proscrit à l’armée)
Au temps pour moi : je ne savais pas !.
Popote :la cuisine
L’ordinaire, la cuisine
Affirmat : oui
Hop, dé ! Une, deux
Ixe : fixe (utilisé seulement dans l’expression : Avoran : Ixe !

Plein d’autres aussi qui valent le détour, mais immédiatement et malheureusement oubliés dès son retour à la vie civile, car inusités dans le langage civil.

:laughing: :rofl:

Cf, le grand dictionnaire de l’argot militaire, déjà cité ! :wink:
DG

Il y avait aussi le « qui va bien » après un objet ou une action pour dire que c’ est adéquat.

A +.

image

A ne pas confondre avec « autant pour moi »!

1 J'aime

c’était plutôt
Affirmatif = oui
Négatif = non
issus de la procédure utilisée dans les communications radio :wink:
(avec le célèbre « 3 PAPA » représentant l’Autorité :grin: )

Chaque « corporation » a son argot et ses codes ! :wink:
DG

Oh là là , vaste débat, en principe c’est « Au temps pour moi » lorsque l’on commet une erreur, mais si on veut la même quantité qu’une autre personne, là c’est « autant pour moi »…
► ”projet Voltaire
►”La langue française

Je pense que les deux se disent

L’un et l’autre se dit et se disent!

Oui, mais pas pour la (les) même(s) raison(s), mais les grammairiens sont divisés. :thinking:

L’un ou l’autre se dit, les deux se disent…
Pour être exact.
Sinon d’accord avec toi. Au temps pour moi quand on s’est trompé.
@+

@zizouilles
Les deux se disent, mais ils ne veulent pas dire la même chose.

« Autant pour moi », comme le dit @kiki37 , c’est quand tu es chez l’épicier, et que le client précédent a demandé un kilo de courgettes, et là, tu lui dis, « autant pour moi ». Et il te fourgue un kilo de courgettes à toi aussi.

En revanche le terme militaire « Au temps pour moi » signifie : « ah pardon, t’as raison, je me suis gourré ».

:rofl: