Bescherelle, réveille-toi !


#143

Bonsoir Claude,

Eh oui, tout change. En pire hélas ! Notre langue est en train de s’appauvrir par perte de substance, tout cela par souci de simplification, parce que nos enfants ne sont plus capables d’apprendre (ou notre Enseignement d’enseigner).

A force de tout simplifier à l’extrême, il ne restera bientôt plus que le langage SMS pour communiquer. Là, on aura touché le fond. On en est encore loin, mais il est déjà visible sur les écrans radar.

Pour ce qui est du passé simple, c’est tout à fait vrai qu’on envisage sa suppression. (Voir lien trouvé sur le net). Et après-lui, le passé composé ?, et comme tu dis, pourquoi pas le subjonctif, etc ?.. Donc la lecture des auteurs classiques deviendra impossible à nos nouvelles générations. Il faudra réécrire les monuments de la littérature en les traduisant en langage SMS.

Je ne serai plus là pour voir ça, et je ne le regrette pas. :sunglasses:

Bonne soirée à toi, et à tous.


#144

Et oui le " passé simple " … aux oubliettes … mais vous m’ avouerez que le présent , ça sonne vraiment pas bien à l’ oreille !

" C’ est vrai ! ils ne savent même plus utiliser le passé simple !!!
Savent ils au moins que ça existe ces journaleux d’ apparat !

" Un avion de la compagnie American Airlines a été contraint de réaliser un atterrissage d’urgence, dimanche 3 juin, à El Paso (Texas) après qu’un orage de grêle a endommagé le nez et le pare-brise de l’appareil, selon l’agence Associated Press (en anglais). "

Passé simple

j’ eus
tu eus
il eut
nous eûmes
vous eûtes
ils eurent

" après qu’ un orage de grêles eut endommagé le nez de l’ avion ! "

C’ est même pas un " passé simple ", mais un " passé antérieur " !! :sunglasses:

Passé antérieur

j’eus endomma
tu eus endomma
il eut endomma ( l’ orage de grêles eut endommagé ) :wink:
nous eûmes endomma
vous eûtes endomma
ils eurent endomma

Alors là pour les journaleux d’ apparat qui ont eu leur bac dans un " paquet surprise " à 1 euro , c’ est " la brasse coulée "!! :rofl:


#145

Bonjour,
Je suis aussi pointilleux sur l’orthographe, dans le sens où on peut comprendre autre chose que ce qui est exprimé, quand l’écriture n’est pas précise (accords, conjugaisons, syntaxe…). Pour le reste (doubles syllabes ou subtilités de la langue), je m’en moque un peu.
Dans ce cas, il me semble qu’on pourrait dire plus simplement : “qu’un orage de grêle ait endommagé” (présent du subjonctif). Non?


#146

bonsoir Jean Louis

Il semblerait que " après que " doive être suivi d’ un verbe à l’ indicatif et pas au subjonctif !


#147

Oui, tu as raison Claude, d’après ce lien. Mais alors on peut dire aussi “après qu’il a”, comme dans l’article ci-dessus? Quand même pas simple le français!


#148

Et ça n’est pas en confiant son avenir à une assemblée d’extra-terrestres verts, vivant encore au temps ou l’épée se portait au côté, que la langue va évoluer.

Moins ils simplifieront le Français, plus longtemps il garderont leur dérisoire importance et leur costume ridicule.

Et pourtant, une sérieuse séance de ménage orthographique s’impose.
Si l’évolution ne vient pas d’eux, elle viendra de la rue, et ça ne sera pas forcément mieux…


#149

Le plus simple eut été d’ écrire " après avoir reçu une averse de grêles qui lui a endommagé le nez … " , et le tour était joué ! :slightly_smiling_face:

Quand non un doute ou qu’ on ne sait pas bien , il suffit tout simplement de tourner la phrase autrement ! :wink:


#150

ah , vla notre ami Dakota qui décolle de " Nice côte d’ Azur "! :slightly_smiling_face:

Tire bien sur le manche, au bout de la piste c’ est la mer ! :sunglasses:


#151

Des extra-terrestres verts, nos académiciens, la comparaison est audacieuse !!! :astonished:
En principe ce sont de grands écrivains (d’autres moins grands, mais écrivains quand même), qui ont l’habitude de manier la langue. A qui confier le dictionnaire alors, si ça n’est pas aux professionnels de la langue française ?

C’est sûr que le français employé aujourd’hui, par tout un chacun dans les familles, entre amis, et dans les médias, n’est pas le français littéraire. Mais est-ce une raison parce que Dugenou et Tartempion parlent un français primaire, qu’ils se comprennent bien entre eux en utilisant 200 mots tout au plus, qu’il faut supprimer ce qui a fait depuis toujours la beauté de la langue, qu’il nous plait à retrouver dans la lecture de grands auteurs ?

Encore faut-il que les gens lisent. S’ils préfèrent regarder les séries TV, ou passer leur temps à tapoter sur leur smartphone, c’est sûr, ça va pas le faire.

Mais la lecture, la langue française, cela s’appelle encore la culture. Si aujourd’hui, la culture c’est le rap et le tag, alors, ne nous étonnons pas de lire n’importe quoi sur nos journaux.

C’est l’époque. Mais avouons que le “beau” se perd, hélas, au profit du médiocre. :tired_face:


#152

salut Yves

Moi j’ aurais écrit " qu’ il faille supprimer " :wink:


#153

Bonsoir Claude
Oui le subjonctif est parfois sujet à caution, car il ne sonne pas forcément bien. Chacun ses “failles”.

Tiens, tout ça me rappelle un sketch de Laurent Gerra. C’est pas un académicien, mais je le trouve très lucide sur les temps que nous vivons.

Cordialement


#154

Je parlais de certaines règles grammaires débiles qui font appel à tout un tas d’exceptions qu’il faut des années pour connaitre à peu près. (et encore…)

Il ne sert à rien de se boucher les yeux en constatant que le Français part en vrille, et ça n’est pas en se désolant que ça va s’arranger.

Quand on pense que certains mots ont 2 S ou 2 T parce-que les copistes du moyen-âge étaient payés au nombre de lettres copiées, il est difficile d’admettre que c’est rationnel.

Continuer à pleurer devant les impudents qui n’écrivent pas correctement le Français ne résoudra en rien le problème.

Voilà bien longtemps que le dictionnaire ne sert plus qu’à de vieux chibanis comme nous…
Les petits hommes verts sont bien obligés d’y d’inscrire les nouveaux mots inventés par les jeunes, et le dico n’est souvent plus qu’un bouquin prestigieux qui ne concerne plus que les personnes soucieuses d’écrire correctement.

Certaines règles de grammaire auraient besoin d’une bonne révision.
Mais que font les martiens, avec leur ridicule épée d’apparat ?


#155

Bonsoir.
Peut-être qu’avec l’arabe ce sera plus simple.
Ce n’est qu’une supposition car je ne connais pas cette langue, mais ce que je puis vous dire dans celle de Shakespear, c’est: Just wait and see, it won’t take long before we get the answer…


#156

Bon, bien sûr, se désoler ne va pas arranger les choses. Mais ne rien dire ou faire comme si tout allait bien, non plus.

Je reste intimement persuadé qu’on a volontairement appauvri l’apprentissage du français par souci d’égalitarisme. Pour que tous les jeunes issus de tous les milieux, de toutes les classes sociales, les enfants de l’immigration, etc… aient les mêmes chances.

Ca partait sûrement d’un bon sentiment, mais le résultat est catastrophique. Comme à chaque fois qu’on veut niveler par le bas.


#157

C’est bien pour cela que je parlais de “égalité des chances de tonton” !


#158

Certes ! Mais “tonton” est loin. Ceux qui lui ont succédé ont continué dans cette voie, il y a peu encore, on supprimait le latin, car trop élitiste.

Qu’au départ tous les gosses partent sur un pied d’égalité, qu’ils aient les mêmes chances, c’est bien. Mais après, il faut aider et épauler ceux qui travaillent et qui réussissent, pas les brimer pour qu’ils rejoignent le rang. Car ce seront les élites de demain, les Pasteur, les Charpak, etc…

Mais ceci n’a pas sa place dans un discours égalitariste. On préfère que tout le monde échoue, ou on donne le bac à tout le monde, pour ne pas créer d’inégalités. On fabrique ainsi une génération de rappeurs et on s’en félicite.

Résultat : sur le plan international, notre école est en queue de liste, pour ne pas dire la lanterne rouge de l’éducation.

Ce sera dur de renverser la vapeur.


#159

Coluche l’a bien dit, on est tous égaux, ben voyons!


#160

Quand je suis entré en 6ième , à 10 ans pile , on " m’ a mis " en classique : anglais - latin . Mon père était un " littéraire "… ma mère une " scientifique "

Le latin j’ avais horreur . langue antique . Je me demandais à quoi ça pouvait être utile à part aller à la messe ! Or le latin de messe , notre prof de latin appelait ça " du latin de cuisine " !

Comme le latin avait un coeff important , et que j’ avais toujours de mauvaises notes , en 6ème et en 5ème , j’ étais dans les derniers de la classe , au grand dam de mon père .

J’ étais 1/2 pensionnaire et le soir je rentrais chez mes gds parents maternels , qui habitaient face au lycée.
Je n’ avais une " bonne note " en latin que quand mes gds parents faisaient venir le toubib , qui me corrigeait ma version ou mon thème à rendre le lendemain . Le prof ne comprenait pas et n’ a jamais compris ces subits sursauts épisodiques !

Pour le passage en 4ème , j’ ai décidé , contre vents et marées , que j’ abandonnais le latin , et suis entré en " moderne " , anglais - allemand .
Le père était " furax " ! on est entrés en guerre pendant presque 2 ans ! :frowning_face:

Exit le latin , beurk ! , et exit la messe où on ânonnait en latin des choses auxquelles on ne comprenait rien . Vatican 2 n’ était pas encore passé par là !

Puis j’ ai abandonné l’ allemand en entrant en seconde , pour faire " moderne ’ " …
Je me suis alors retrouvé jusqu’ au bac dans les 3 premiers de la classe . Comme quoi . :slightly_smiling_face:

Quand j’ étais en seconde et en première , et que le père était au jardin le jeudi et le w e à cultiver ses carottes , ses poireaux , ses patates , et ses salades pour nourrir la famille, c’ est moi qui corrigeais ses paquets de 40 copies **de dictées de ses classes de 6ème et 5ème …
Après mon BEPC , on s’ était réconciliés ! :sunglasses:
** nota : à l’ époque , aux " cours complémentaires " , les classes comptaient souvent de 30 à 40 élèves , et pas un ne bronchait !
Le premier qui bronchait se retrouvait au milieu de la cour avec son sac !
J’ ai souvent entendu le père dire à maman : " J’ ai plus de mal avec les trois que j’ ai à la maison , qu’ avec les 40 que j’ ai à l’ école ! " :smiling_imp:


#161

Intéressantes Claude, ces histoires de famille. Et tu fais bien de rappeler que les classes, alors, comptaient 40 élèves.
Moi je n’ai jamais fait latin. Mais j’étais parmi les premiers en langues (français, anglais) mais nul en maths. En revanche, j’ai adoré la géologie en 4e. puis la physique et la chimie, qui sont des sciences pratiques, concrètes, mais les maths, c’était trop abstrait pour moi, j’ai rapidement décroché. Alors je me rattrapais en français.

Mon fils, ne s’intéressait qu’à la géographie, depuis qu’il était tout petit. Quand nous voyagions, dans la voiture, c’est lui qui m’ indiquait les meilleurs trajets à prendre, il connaissait les routes de France par cœur. Un GPS avant la lettre. Il avait la carte de France dans la tête. Il était incollable sur les départements, les chefs lieux, etc… Plus tard il s’est intéressé à l’histoire. Mais c’était surtout la géographie sa passion. Une vraie passion. Hélas il était nul ou quasiment dans les autres matières.

Dans ces conditions, ça a été très dur de l’emmener jusqu’au bac, je lui voyais un avenir d’apprenti charcutier ou boucher. Ses profs n’étaient guère optimistes. Il a quand même décroché le bac, au repêchage. Mais ensuite une fois en fac, il s’est littéralement envolé vers les hautes sphères avec l’histoire et la géo, il a passé tous ses diplômes avec brio, et maintenant bien sûr, il est professeur. Nous partageons lui et moi la même passion pour l’histoire de la 2e guerre mondiale (que nous n’avons pas connu). Lors de réunions de famille, au grand dam du reste de la famille, la discussion roule souvent là-dessus ou sur la politique.:relaxed:


#162

Histoire , la vie et le métier d’ un enseignant des années 50, dans un petit village de campagne du P de C , mon parrain , copain de promo de mon père .

https://www.priceminister.com/offer/buy/54375413/Briffaut-Louis-Vieil-Artois-Ma-Jeunesse-Livre.html

image

il y a 4 volumes

image!
imageimage|499x376
image