Bescherelle, réveille-toi !


#163

Ca m’aurait plu d’avoir un parrain écrivain.:relaxed:


#164

C’ était un simple instit de campagne , qui une fois à la retraite a écrit 4 bouquins sur sa jeunesse à la ferme , dans un petitvillage de campagne , ses années à l’ école normale d’ instits d’ Arras , sa période de guerre , sa vie professionnelle d’ instituteur , puis de directeur d’ école , jusqu’ à sa retraite prise à Buis Les Barronnies ( Vaucluse ) aux pieds du Ventoux .

J’ ai bien sur ses 4 bouquins dédicacés , et ceux qu’ avait papa , aussi dédicacés . Ils sont tous deux décédés à qqs mois d’ intervalle , à 93/94 ans il y a 5/6 ans maintenant .


#165

Comme quoi, il suffit d’un bref moment d’inattention, et PAF…
En Anglais, ce genre d’erreur n’aurait pas été possible.
Le Français a beau s’accrocher, mais, en raison de sa complexité, il sera tôt ou tard bouffé par l’Anglais.


#166

et oui paf ! :confused:


#167

Que l’on nivelle par le bas, ça c’est sûr… et c’est regrettable !
Ce n’est certainement pas la meilleure méthode.
Par contre, je reste profondément convaincu que toute personne qui cherche un peu à évoluer (faut-il déjà le désirer…!) voudra aller vers le haut et non l’inverse !
Mais l’humain a aussi la fâcheuse tendance à chercher et vouloir aller vers la facilité… et certains, à plus haut niveau, l’ont bien compris.
Quelques “réfractaires”, essaient encore de lutter, mais pour combien de temps ?
Ce débat est donc une lutte contre des moulins à vent de quelques “Don Quichotte”… de la Manche ! :innocent:


#168

Peut être que ça se joue en deux manches et …la belle ! :wink:


#169

La belle… elle a fichu le camp !
Quant aux deux manches… il va falloir se les retrousser ! :hugs:


#170

Les manches sont beaucoup plus nombreux que deux, et assez bien représentés sur la planète, tous pays confondus…


#171

Bonjour,
Aujourdhui, j’ai reçu une lettre de l’URSSAF accompagnée d’une notice explicative :slight_smile:

“L’ensemble de ces mesures sont prises en compte dans l’échéancier de cotisations qui vous est adressé”

Il me semble qu’il y a un problème là, non ?

cdt,
gérard


#172

A voir !

Je rappelle un précédent post sur ce sujet: comment accorder le verbe après certaines notions de regroupement

" La plupart des beaux parleurs SONT en mal de vocabulaire.

moi , après " la plupart" ," bon nombre “, " une 20 aine” , " une 30aine " , " presque tous" , etc , etc, je mets le verbe au pluriel , ce que ne font pas ou plus la plupart des commentateurs de la radio ou la TV , y compris les hommes politiques , littéraires ,scientifiques, etc, etc.

http://www.languefrancaise.net/forum/viewtopic.php?id=5488 4

http://grammaire.reverso.net/4_1_11_accord_du_verbe_avec_un_seul_sujet.shtml 4

pas facile le français !!! :wink:

https://www.logilangue.com/public/Site/clicGrammaire/CollectifAccord.php 2 " "

un élément de réponse : les deux seraient valables !!!

http://www.sophieviguiercorrectrice.com/pages/mes-orthotrucs/les-ortho-trucs-precedents/orthographe/les-accords-d-ensemble.html


#173

Pas vraiment convaincu !

“L’ensemble” constitue une unité, pourquoi le mettre au pluriel ?

Il aurait été plus simple d’écrire tout simplement "ces mesures sont prises en compte dans…

on pourrait ausi écrire “le panier de cerises sont véreuses”

Je préfèrerais “les cerises de ce panier sont véreuses”

cdt,
gérard


#174

Aucune importance, bientôt, tout le monde parlera Anglais…

Nos moufflets ne passeront plus la moitié de leur scolarité à apprendre des exceptions pour les oublier à la première occasion.


#175

C’ est aussi certain que quand on ne sait pas bien " tourner " ses phrases et exprimer ce que l’ on veut dire , on peut se retrouver dans des impasses !


#176

Vu la difficulté pour un français de balbutier 3 mots en anglais, c’est pas gagné ! :sunglasses:

Bon bien sûr, on ne demande pas à TOUT le monde de parler comme un académicien. Chacun sait que dans le langage de tous les jours, dans la discussion, on utilise un nombre de mots restreint. Mais au moins, dans l’écrit, de faire un peu attention à ce qu’on écrit, car ce qu’on écrit, c’est l’image qu’on donne de nous-même.
Le problème c’est qu’on ne lit plus, ou pas assez. Enfin, au moins, peut-on dire que la lecture semble ne séduire qu’une fraction restreinte de la population.
A l’époque, il n’y avait que la lecture ou le cinéma, pour les enfants lorsqu’ils s’ennuyaient et qu’ils avaient besoin d’évasion. Le cinéma on ne pouvait pas y aller trop souvent, mais la lecture, on pouvait s’y mettre à tout moment.

Le plaisir de lire c’est pas seulement l’histoire qui est racontée, c’est aussi le style, le vocabulaire, les tournures de phrases, l’emploi de modes ou de temps qu’on n’utilise pas dans les échanges de tous les jours. C’est ça qui fait la beauté de la langue.

Evidemment, si on ne lit pas, on passe à côté de tout ça, et on peut effectivement se demander à quoi ça sert de conserver ces modes et ces temps qu’on n’utilise jamais dans le langage de tous les jours.

Aujourd’hui c’est sûr, on a changé de monde. Il y a des écrans de partout, smartphones, tablettes, ordinateurs, ce qui fait que de nos jours, aucun enfant ne s’ennuie, et que l’écran a naturellement remplacé le livre. Ca ne s’arrangera pas.


#177

Vaste programme ! mais au cas improbable où cela arriverait, ça ne nous simplifierait pas la vie pour autant. En effet, l’anglais est d’une complexité au moins aussi grande que le français. Le vocabulaire est plus riche, il y a souvent plusieurs mots là où nous n’en avons qu’un. Il y a des tournures de phrases bizarres à tout bout de champ. Et l’orthographe est aussi aberrante que la nôtre : pourquoi enough se prononce inaf ? parce que c’est comme çà !
Et l’accent tonique qui bouffe la moitié des mots et qui modifie le sens d’un mot quand il est mal placé !
Et autres joyeusetés qui font le charme de cette magnifique langue…
Ayant enseigné cette langue quelque temps (dans une vie antérieure) je peux certifier que ce n’est pas une langue facile. S’il y a des confrères de Bescherelle outre Manche, il faut aussi les réveiller !


#178

Toujours à propos de l’anglais, mon prof nous disait que 70% du vocabulaire anglais sont en fait des mots empruntés au français. On peut en effet en citer des tonnes. Seule la prononciation change.

D’ailleurs Alexandre Dumas ne disait-il pas ? “l’anglais c’est du français mal prononcé”.


#179

Bien d’accord avec ce qui a été écrit, mais je ne fais qu’anticiper un “gros peu”.
Le ver est déjà dans la pomme pour la langue Française, et les robots vont continuer de jeter les ouvriers hors des usines.
Ce qui se profile pour nos descendants n’est franchement pas réjouissant.
Quand on était mômes, on rêvait tous de l’an 2000 comme une époque fantastique, et tout le monde avait hâte d’y être.
Les voitures se déplaçaient dans l’air, le cancer était vaincu, et la misère aussi…
Ben mon vieux, dixit Gibus, si j’aurais su, j’aurais pas v’nu!..
Curieuse époque, ou il faut fabriquer ses propres émetteurs et diffuser sa propre musique pour échapper au lavage de cerveau quotidien par publicité interposée.

Fort heureusement, il est encore possible d’échapper un peu à cet avenir absurde.
La bricole, ça aide à vivre…


#180

Effectivement, lorsque j’étais jeune, et qu’on me parlait du futur, on me disait que les robots feraient le travail à la place des hommes, et que ce serait l’âge d’or de l’humanité. C’était déjà prévu.

Mais ce qu’on ne disait pas, ou qu’on n’avait pas prévu, c’est que l’homme privé ainsi de son travail, serait aussi privé de son salaire. Ca c’était pas prévu.

Bah, ne soyons pas pessimistes, lorsque les robots auront pris tous les postes disponibles dans nos entreprises, on nous versera un revenu universel et nous n’aurons plus que des loisirs. Elle n’est pas belle la vie ?

Hélas, je ne crois pas que les choses soient aussi simples et se passent aussi facilement.


#181

Bonjour,
J’ai programme des robots pendant des années et j’ai vu les conséquences sur l’emploi et les ateliers se vider de leur personnel.
J’ai espéré que si les robots faisaient le travail à la place de l’humain, ce dernier travaillerait moins longtemps et profiterait plus de la vie, en se consacrant à sa famille, aux loisirs, à la nature.
Hélas ce n’a pas été le cas, les salaires ont stagné, le nombre des chômeurs et des assistés à explosé et ce sont les gros actionnaires qui ont récolté les fruits bien mûrs de la robotisation, les petits ont eu des miettes.
On s’est mis à produire frénétiquement des produits de mauvaise qualité à durée de vie limitée qui remplissent les déchetteries, simplement pour faire du pognon, comme dit notre président, et enrichir ces multimilliardaires qui ne savent plus quoi en faire.

Vu sous cet angle, on peut préférer les “30 glorieuses” où il y avait du boulot pour tout le monde et on savait savourer les rares congés.
Les manuels munis d’un CAP savaient se servir de leurs deux mains (même la gauche) et écrire une lettre en faisant moins de fautes qu’en fait un bachelier aujourd’hui .

Bienvenue à la génération clavier avec le cul trop lourd et les bras juste assez longs pour tenir leur smatphone…

Cdt,
Gerard


#182

Vive les américains qui nous montrent le chemin du bonheur avec leur système économique idéal!