Fiabilité des téléviseurs et durée des émissions TV

[Note de l’admin]
J’ai déplacé ici cette discussion qui s’était amorcée dans un tout autre sujet : Avis à la population (panne chez Radiolo)

Je dirais plutôt ça des vieilles télé à lampes des années 50 et 60, qui étaient tout le temps en panne et nécessitaient l’appel à un technicien tous les deux ou 3 mois.

Je ne m’adresse pas aux techniciens, que je sais nombreux ici, qui savaient remédier à cet inconvénient, mais au citoyen lambda qui regardait Catherine Langeais.

En comparaison, les pannes informatiques, c’est de la gnognotte. Certes ça peut arriver. J’ai eu à changer deux fois de disque dur sur mon ancien ordinateur (qui depuis, cavale comme un pur sang à Chantilly)

:relieved:

Ce n’est pas du tout de la rétrocompatibilité car il y avait deux émetteurs séparés et quand l’émetteur 441 lignes a cramé (en 1956) les TV 441 lignes étaient bons pour la poubelle alors que la plupart n’avaient guère plus de 5 ans. Si bien qu’on a été obligé de les indemniser pour qu’ils achètent un TV 819 lignes …
Si ça avait été rétrocompatible les TV 441 lignes auraient pu recevoir le signal 819 lignes sans aucune chaîne de diffusion séparée.
Effectivement les émissions TV couleur analogiques (quel que soit le standard) étaient rétro-compatibles noir et blanc parce que c’était un prérequis lors de la définition de ces standards, idem pour la stéréo en FM.
Ce n’était absolument pas le cas lors de la définition du 819 lignes parce que d’une part le tout petit parc de récepteurs 441 lignes ne le justifiait pas, d’autre part cela aurait été impossible à l’époque.

Aujourd’hui avec le « numerdique » (comme tu le dis) on pourrait très bien imaginer une émission de base en 441 lignes avec des données additionnelles permettant de « l’enrichir » à 819 lignes,de façon à assurer la rétrocompatibilité.

+1
Le point faible était en particulier au niveau de la THT, sans parler des tubes à changer de temps en temps.

Ça n’ a pas existé je pense pour passer du 441 au 819 , mais ça a existé ensuite , pour passer du 405 lignes anglais au 625 lignes et ça existe encore , avec des matériels qui font de l’ interpolation spatiale permettant d’ augmenter la définition des images et l’ affichage sur grand écran par exemple d’ images de plus petite définition par exemple provenant de smartphones ou autres afficheurs.

Oui mais ce n’était pas non plus de la rétrocompatibilité car le 625 lignes n’était pas recevable par les récepteurs 405 lignes existants (du moins pas sans modifications).
L’interpolation ou tout autre procédé permettant de visualiser en 625 lignes des émissions originellement prises en 405 lignes (ou en 819 lignes) n’est possible sans utiliser de caméra filmant un écran qu’en numérisant le signal. :wink:

Pour abonder dans le sens de sloup, si j’étais président je n’autoriserais QUE le gourdin pour chasser le sanglier : empreinte carbone ZERO, ça c’est de l’écologie, et c’est retro machintruc tout ce qu’on veut !

Je ne sais aux téléviseurs de quelles marques le « retour d’expérience » ci-dessus fait allusion, mais je pense que c’est plutôt 2 à 3 ans du moins pour des marques sérieuses et fiables comme Philips (production Hollandaise ou Suisse je ne connais pas la fiabilité de la production française de Philips), où alors ils fonctionnaient 10 heures ou plus par jours et cela 7 jours sur 7.

10 heures par jour quand il n’y en avait pas moitié de programmes ?!??

Effectivement, 2 à 3 mois, c’est un peu exagéré ! Quant aux marques sérieuses, il n’ y avait pas que Philips; Thomson, Schneider, Arphone, Océanic … avaient des châssis fiables .:slight_smile:

Effectivement, les pannes c’était souvent l’usure des tubes, mais pour les THT, c’est surtout à l’apparition de la 2ème chaîne et de la commutation 20475/15625 Hz que ceux-ci ont commencé à fatiguer :wink:

Il me semble que dans les années 70 les programmes commençaient à midi et finissaient vers 23h30 donc avec 10h00 il me semble que je suis presque juste non ?

Tout dépend si on parle du début ou de la fin des seventies… Et peut-être du pays dont on parle.

En France :

Il y avait bien, si ma mémoire est exacte, un programme le temps de midi mais de nouveau la mire jusqu’au soir…
Ensuite vinrent les programmes tout l’après-midi chaque jour, puis aussi le matin, et maintenant 24 heures sur 24.

Je crois me souvenir que pendant mes jeunes années la TV n’émettait l’après-midi que le mercredi et le samedi-dimanche.

Comme on parle de tubes à remplacer et que les TV « tout-transistors » datent du milieu des années 70, j’ai pensé (peut-être à tort) que du temps des TV ayant des lampes qu’on doive changer périodiquement, donc avant 75, il était difficile de regarder la tv 10h par jour sauf à vouloir y lire l’heure sur la mire.

C’est peut-être une exception nationale, ou ma mémoire qui me joue des tours.
Je sais aussi d’ailleurs que nous sommes parfois en retard sur nos voisins, par exemple ça fait bien longtemps qu’on ne voit plus de râteaux sur les toits de certaines provinces belges.

Bonsoir,
J’aurais plutôt dit le jeudi si je ne fais pas d’erreur

Oui, mais c’est toute la Belgique qui est câblée depuis longtemps!

C’est bien ce qu’il me semblait.

Je ne vois pas ce que viennent faire des « râteaux » dans une discussion technique entre personnes connaissant la technique, je me suis déjà exprimé là-dessus, il y a d’autres appellations plus adéquates comme « antenne TV UHF » à utiliser ici.

Mais que viennent faire aussi les antennes sur les toits Belges avec la durée quotidienne des émissions ??

Illustrer le fait que d’un pays à l’autre la télévision ne va pas à la même vitesse. Il y a des disparités entre les pays d’origine des intervenants du forum, aussi bien techniquement que culturellement. Traduction : si dans un pays frontalier il est possible qu’il y ait eu 10 heures de programmes par jour, pour ce que je m’en souviens, en France ce n’était pas le cas quand on vendait des TV à lampes. Il faut tout lire, ou reprendre un thé.

Oui, et…?

1° je ne connais justement pas la technique TV et elle ne m’intéresse pas. Refaire un TV est hors du champ de mes maigres compétences, il faut connaître ses limites.
2° j’appelle ça comme je veux. L’avantage du râteau, si impropre que l’usage en soit, est que tout le monde a compris même ceux qui n’y connaissent absolument rien.
3° finalement non, plutôt une camomille qu’un thé…

Non, ça c’était la durée de vie d’un poste. En tout cas, celui de mes parents, un Ducretet Thomson, après des dizaines de pannes (oh pas grave, des condensateurs qui n’avaient pas supporté la chaleur des tubes la plupart du temps), il a fini par prendre feu, et mettre le feu au meuble qui le supportait. L’assurance a remboursé le meuble, mais pas la télé.
Oui, sans doute, tous les deux ou trois mois, j’exagère un peu, mais pas beaucoup finalement. Et chez mes grand-parents qui avaient la télé depuis 1955, c’était pareil. Le dépanneur connaissait l’adresse de la maison.

Vous savez, c’était une époque où les dépanneurs de télé faisaient du business. Et pourtant il n’y avait pas beaucoup de télés à l’époque. Ca dénote bien quelque-chose.

J’ai souvenir de mon père, qui avait acheté sa première télé en 62 si je ne m’abuse, disant 30 à 40 ans plus tard « ça ne tombe plus en panne, MAINTENANT », et me relatant les passages du dépanneur qu’il me semble avoir vu une fois dans ma tendre enfance.

Mais le maintenant d’antan n’est pas le notre puisque maintenant ça tombe de nouveau en panne. Les écrans plats n’ont pas la fiabilité des derniers appareils à tube cathodique hélas.

Le bon côté des choses, si tenté soit qu’il y en ait un, c’est qu’il est devenu assez simple de ramener un TV LCD au SAV tandis qu’avec certains TV cathodiques, comme ce qui est il me semble un philips diva 82cm qui dort à l’étage, le moins qu’on puisse dire est qu’il faut de bon bras et des reins solides : je ne sais pas combien pèse le monstre, mais c’est sans doute proche de 50-55 kg.

Je ne dirais pas ça. J’ai 3 télés, achetées en 2011 et 2012 L’une est une Toshiba (90 cm), l’autre une Samsung (90 cm je crois), et la dernière une Philips (119 cm).
Jamais le moindre problème en 8 et 9 ans de fonctionnement.

Dans les années 50 et 60, garder une télé 8 ou 9 ans, tenait du miracle.
:wink:

Oh là là !
Je ne vais pas faire des citations de tout le monde !, mais

  • Les téléviseurs duraient en moyenne une dizaine d’années
  • Bien sur il y a eu des incendies de téléviseurs, mais peu fréquents et souvent dus à la non réactivité des gens: J’en ai connu qui continuaient d’écouter le son alors qu’il n’y avait plus d’image (écran noir), panne de THT et bien sur échauffement du téléviseur…
  • Dans les années 60, les programmes débutaient à midi (« Paris Club ») suivi du JT à 13 h 00 puis interruption (mire, sur laquelle il n’y avait pas l’heure) jusqu’à environ 19h00 (« L’Homme du XXè siècle » de Pierre Sabbagh) …jusqu’à 23h30 voire minuit , sauf le jeudi après-midi (émissions pour la jeunesse ; « Le Grand Club ») , le samedi et le dimanche après-midi. Ah j’oubliais : la diffusion de la messe le dimanche matin…
  • Le « râteau » , bien sur , l’appellation est déplorable mais elle est malheureusement entrées dans les mœurs et figure même sur certains documents officiels (guide de la TNT !), mais elle désigne aussi bien les antennes UHF que VHF…
  • Pas d’heure sur la mire; on n’avait l’heure qu’avec la célèbre pendule « colimaçon » quelques minutes avant le début des programmes.

Sur ce, bonne nuit à tous !

1 J'aime