Histoire d'O

Bonjour.Titre racoleur, n’est ce pas ? :wink: Voici de quoi il s’agit :

Je souhaite faire un systéme pour éviter que le local comportant une pompe de relevage ( j’habite au-dessus du chateau d’eau, ) et il faut donc monter l’eau à la maison.
Tout le système fonctionne bien, la pression est OK, et c’est trés économe en conso d’électricité.
L’ancien systéme de sécurité, qui évite qu’en cas de fuite l’eau ne monte dans le local et rejette l’eau à l’extérieur comporte deux éléments: Le premier, tout simple, est un flotteur analogue à celui qui équipe une cuvette de WC: Lorsque l’eau atteint une certaine hauteur dans la cavité inférieure au niveau du sol, le flotteur monte et déclenche un simple contact : la pompe se met en route, évacue l’eau à l’extérieur, et ce autant de fois que nécessaire. Quand le niveau descend, le contact s’ouvre, la pompe s’arrête. C’est simple et ça marche bien.
J’ai voulu compléter par une sécurité électronique .Petite platine alimentée en 9-12 v CC, avec un relais etc…etc… Le systéme est déclenché par 3 sondes, qui sont de vulgaires fils électriques rigides en 2.5 mm2, qui plongent dans la cavité.Un va presque en bas, l’autre a 2 ou 3 cm plus haut, et le 3ème presque en haut. Quand l’eau monte, rien ne se passe tant qu’elle n’arrive pas à la hteur de l’electrode du haut. Quand c’est le cas, la pompe se déclenche, l’eau commence à s’évacuer, et quand c’est fini, les deux électrodes du bas ne sont plus en contact de l’eau, et la pompe s’arrête.
En théorie, c’est parfait.
Voulant tester le système avant installation définitive sur site, j’ai utilisé une éprouvette plastique de hauteur adéquate, placé les 3 électrodes à l’intérieur, alimenté le module en 10 vcc, et connecté sur le relais une ampoule basse tension, alimentée par une autre alim. de 12 volts, simulant le moteur de la pompe : Impeccable, tout va bien, ça fonctionne au poil.
Je redescend sur le site ( à 100 m de la maison en contrebas ) fait toutes mes connexions bien propres…Essais…Rien ne fonctionne ! J’avais déja vérifié mes connexions avant, mais on ne sait jamais…Nouvelles vérifications : tout semble OK !!
Je remonte à la maison, et recommence la manip : ça fonctionne trés bien…Quelque chose m’échappe, je refais deux ou trois fois l’aller -retour, et toujours la même constatation. Je pense à la longueur du câble de liaison des électrodes, car à l’atelier 30 cm et sur site deux ou trois mètres. Je connecte donc un câble long: aucun changement.
L’eau de l’éprouvette est claire ( c’est l’eau du robinet ) Celle dans la cavité aussi, mais elle est un peu plus chargée ( poussière de béton du sous-sol ) , mais ça ne vient pas de la non plus. En désespour de cause, je pense à la prise de terre de la pompe ( sensée être étanche ) Elle semble l’être, car aucun déclenchement du différentiel, elle tourne normalement, ronronne bien comme d’habitude.Evidemment, la turbine, ou plutôt son axe, est en métal, et est en contact avec l’eau. Cette eau, dans la cavité est donc au potentiel de la terre. Je suppose donc que mon probléme vient de là, et que, d’une façon ou d’une autre, les connexions de mes sondes sont à la terre chaque fois qu’elles sont au contact de l’eau. Cela se confirme, puisque je fais un dernier essai avec mon éprouvette plastique, qui elle, n’a pas son eau reliée à la terre de l’installation. Je plonge, puis remonte le support des électrodes, et ça fonctionne parfaitement. Bon j’ai trouvé la " panne " ou, du moins, le non fonctionnement.
Et là…Je sèche car je ne vois pas de solution. Supprimer la prise de terre de la pompe ? Ce n’est pas électriquement parlant, une bonne chose au niveau de la sécurité. Et s’il arrive un jour une fuite de courant sur la pompe, ce n’est plus la terre que j’aurais sur les électrodes, mais la phase ou le neutre, et là, ma platine risque de ne pas aimer.

Ma question est donc : auriez-vous des idées qui éclaireraient ma lanterne, des suggestions, des essais à faire ? En tous cas, merci d’avance.

Liquid-Level-Controller-Module-Water-Level-Detection-Sensor

il faudrait le schéma de ton montage.

Il faudrait utiliser une cuve métallique pour faire les essais et mettre cette cuve à la terre pour voir si cela change les choses.
Probablement que le circuit des sondes n’est pas isolé galvaniquement de la terre. masse de de du module de détection mise a la terre par exemple.

Comparer la résistance mesurée entre les deux électrodes avec de l’eau du robinet et l’eau de ton puisard.

C’ est ce que je me disais : un petit dessin parle mieux qu’ un long discours ! :wink:

Le dessin, il est sur la deuxiéme photo ! Lorsque l’eau atteint jaune et rouge, la pompe s’enclenche, et quand elle coupe vert et jaune, elle se coupe. Malheureusement, je n’ai pas le schéma, et il est difficile à relever car le circuit est recouvert d’un épais verni noir, le visu des pistes est trés compliqué

les système de manque d’eau des pompes immergées fonctionnent sur ce principe
mais deux grosse différences les sondes sont alimentées en alternatif pour eviter les phenomemes d’electrolyse en continu qui pourrissent les electrodes a la longue
les sondes doivent avoir un diametre minimum de 5mm pour presenter une resistance faible et se mettre a l’abri des courants induits et la tension de mesure doit etre elevée 12 a 24V AC
un systeme de compensation de courant induit doit etre prevu
enroulement de mesure a point milieu mis a la terre et transfo d’alimentation a ecran
la terre etant reprise sur le groupe de pompage

Bonjour,

l’alimentation secteur de la partie électronique a t’elle une terre commune(présence d’un fil vert jaune, et d’une continuité entre cette alim et la terre ) , ou un neutre commun (les circuits d’habitation en BT ont le neutre mis a la terre du coté du transfo EDF, donc en liaison avec la terre ) liaison qui pourrais faire un circuit fermé avec la terre ou le neutre de la pompe ?
(si ça se referme par un fil de terre , ça peux shunter les sondes et faire ce défaut, sans que rien ne disjoncte …si ça se referme par un fil neutre, ça devrai normalement faire disjoncter le différentiel 30 mA , sauf si ce dernier est défectueux et ne déclenche pas , ou si on est en présence d’une installation trop ancienne , ne comportant pas de différentiel )

Si tel est le cas (rebouclage par la pompe et une terre ou un neutre ) , essayer en intercalant un transformateur d’isolement (ou 2 transfo d’alimentation identique, montés tête bêche ) , et en ne mettant aucun point du circuit en aval a la terre (ni l’ électronique , ni aucun point du secondaire du transfo, ne doit aller à la terre )

Evidemment : Ne jamais faire fonctionner la pompe sans sa mise à la terre (outre risquer de détruire l’électronique qui la gère , on risquerai de mettre le corps de la pompe et toute l’eau pompée au potentiel du secteur ! grave risque d’électrocution !)

Pendant de nombreuses années je me suis occupé du système de pompes de relevage du réseau d’ assainissement d’ une portion du domaine , installé par Véolia , avec des pompes immergées " FLYGT '. ce réseau est toujours bien entendu en service , mais j ’ ai " passé la main " en 2019 après avoir assumé 12 mandats de 3 ans !!! )

Les contacts se font avec des flotteurs basculants , à l’ origine équipés de contacts à mercure , remplacés depuis au fil des maintenances par d’ autres sans mercure ( c’ est devenu interdit )
Ça fonctionne très bien . mais c’ est du lourd ! La pompe pèse au moins 30 kg à elle seule j’ en ai une en maintenance qu sous sol ( on n’ a pas de local dédié à la copropriété ! )

il faut que je ressorte mes dossiers , j’ ai peut être le schéma de la partie électrique de gestion du système .

Bonjour,
Il faut voir le schéma de principe de la platine électronique, il y a plusieurs façons de fonctionner avec des sondes.
La meilleure consiste à fonctionner en alternatif, cela permet d’éviter les phénomènes électrolytiques qui polluent les sondes.
J’ai réalisé des contrôleurs de niveau pour le viticole qui fonctionnent très bien avec de l’eau ou du vin.
Un microprocesseur est raccordé à 3 sondes, la plus longue est le commun, puis le niveau bas, en enfin le niveau haut.
Le microprocesseur commute les sondes de façon a inverser en permanence les polarités pour éviter les effets électrolytiques.
La gestion par µP permet d’éviter les inconvénients des fils longs, mes contrôleurs de niveau peuvent fonctionner avec plus de 100m de fil ordinaire.
Un inverseur configure automatiquement la fonction remplissage ou vidange, ce qui permet de faire en sorte que le relais soit toujours au repos quand le moteur ou l’électrovanne est hors tension.
La logique de commande est inversée suivant le mode.
En remplissage, le relais est collé au niveau bas et décolle au niveau haut, puis reste au repos durant la vidange.
En mode vidange, le relais est collé au niveau haut, et le reste jusqu’au niveau bas.
Les tempos anti-vagues sont intégrées, un voyant signale l’état du relais.

La photo est celle de mon proto, mais j’ai des cuivres d’avance, je peux t’en envoyer un avec schéma, et µP programmé.
J’en ai fabriqué des centaines, en coffrets embrochables.

Il s’agit d’une création originale, fabriqué sur cahier des charges.
Cdt,
Gérard

Ayant fait la plus grande partie de ma carrière, dans le domaine de l’incendie,je peux dire que des histoires de pompes, j’en ai eu,électriques, thermiques,tout un monde!mais, pour la détection de niveau, jamais de trucs électroniques, des contacts ,uniquement,éventuellement des ampoules reed,mais les entrées à haute impédance ,qui voient des choses qui ne devraient pas être vues, pas question.(bon, il est passé de l’eau sous les pont depuis,et ça a peut-être changé). toujours est-il, que tu remplace ton montage chinois, par deux contacts(un bas, et un haut) et un petit montage a relais, et le tour est joué!

1 J'aime

cherche pas a comprendre pourquoi un bon detecteur de manque d’eau 3 fils pour pompe immergée vaut 200 a 300 euros……
pour les pompes de forages d’arrosage ( ici qq fois a plus de 300metres) la seule solution est l’electronique
et vu le prix de la pompe ils ont interet a fonctionner et bien…….en cas ou ils sont défaillants la pompe crame car elle et refroidie par l’eau dans laquelle elle doit tremper en permanence

Ce sera plus simple de déménager… :wink:

Effectivement,on peut mettre toute l’électronique que l’on souhaite, pour la gestion des informations recueillies par les capteurs,mais pour le capteur lui-même, ça n’est pas particulièrement prudent(dans les cas qui ont un rapport avec la sécurité). Dans le cas d’une pompe multicellulaire immergée,la sécurité de maintien en rotation,est assurée,par le contrôle de la pression,(voir du débit)et,là, le procédé est complètement différent.Ça explique une bonne partie du prix .

pas suffisant la mise en pression sur ces pompes de grande profondeur qui font presque 3 metres de longueur la pompe peut tres bien etre immergée a sa base , cela suffit pour donner pression et debit mais le moteur en haut etre hors de l’eau d’où la necessité des deux securites sans compter une 3eme de sur temperature
vu le prix de ces engins et le coût pour les remonter du fond du puis on a interet a mette culotte et bretelles

La carte (en photo ) étant alimenté via un transformateur , elle doit être isolée galvaniquement par rapport au circuit 230v de la pompe. Je pense plutôt que la longueur du câble est en cause.
Le circuit intégré 8 pattes , ce ne serait pas un NE555 qui alimente en signal carré les sondes ??
:thinking:

Oui, c’est bien un 555.Pour la longueur du câble je ne pense pas: j’ai fait des essais avec plusieurs longueurs et ça ne change rien. L’alimentation du module se fait par un petit bloc secteur ( je suppose à découpage ?)
Le contact a fermeture du relai est connecté d’une part à la phase ( ou au neutre ), et l’autre alimente la bobine d’un relai 230 V , qui lui commande un relai de " puissance " qui actionne la pompe, ^par l’autre fil du secteur.
Je me posais la question de savoir si ça pouvait fonctionner si je mettais en série dans chaque sonde un condensateur ??

Je précise que la carte peut être alimentée en alternatif ( 4 diodes 1N40007 ) ou directement en continu: c’est ce que j’ai fait en " court-circuitant " les diodes

pour etre sur que cela ne provient pas de l’alim ( résidus de decouplage ou capacite vis a vis du secteur entre enroulements du transfo d’alim) ) faites l’essais en alimentant le montage sur piles

Oui c’est une bonne idée, Rémy.J’essaierais.Mais je persiste à penser que le souci vient des sondes, avec le rapport à l’ eau qui est à la terre par l’intermédiaire de la pompe elle-même, tu ne crois pas ?

normalement si le montage ne fuit pas ( capacitivement ou resistivement ) du cote alim le fait que les sondes soient au potentiel de terre ne doit pas gener
si cela fonctionne alimente sur piles le probleme sera dans l’alim
on a un schema de l’engin ?

(Le contact du relais il est isolé par rapport à sa bobine en 12 volts.)
Je suis pas sur d’avoir compris , mais : la pompe est en bas , la réserve en haut , et la carte électronique en bas aussi c’est çà ?