Il existe peut-être moins de marques que dit

Bonjour à tous
Comme suite d’une discussion sur les marques et les cadrans, sur les “kits”, je me demande s’il n’y a pas nettement moins de marques qu’on le croit ?
En effet ds le GL, beaucoup de marques sont mentionnées, mais sans indications de fabrication, ni photos de postes.
Bien sûr il y avait des petits fabricants, comme chez moi en Vendée.
Mais si "on s’amusait " à calculer le ratio , nbre de marques du GL/ par le nombre très aléatoire de postes qui circulaient au moment de la guerre, on aurait peut-être des surprises, sachant que ces TSF ne donnaient pas des infos et de la musique dans tous les foyers???
Bonne nuit

Oui et non :wink:
Oui parce qu’il y avait bien moins de fabricants de composants que d’intégrateurs, oui parce que bon nombre de ces composants ont fait partie de kits destinés à l’intégration et non parce qu’avec un cadran A un châssis B, un coffret C et une calandre D on a déjà un grand nombre d’assemblages possibles, diffusés sous diverses « marques ».
A partir de quand on passe du statut d’intégrateur occasionnel à celui de constructeur ?

C’est en effet fort vraisemblable…
Il y a les marques de distributeur, comme Arc en Ciel la marque des Coop, Nogamatic des Nlles Galeries, Manufrance qui faisaient fabriquer par des façonniers comme Reela qui avait aussi ses marques comme Araila…
Par exemple Grandin, SFRT, Radiomatic sortaient des mêmes usines, comme Philips, Radiola, Atlantic et Tenor.
Il y a des centaines d’exemples !

Pour être plus précis, si l’on considère comme marque des appareils construits de A à Z par un fabricant constructeur, alors oui, sans aucun doute il y a beaucoup moins de marques que celles consignées dans le GL. Et pour confirmer Pierrot, quand un constructeur diffuse sous sa propre marque et en private label, faut-il compter une seule marque ou toutes celles qui diffusent le même produit ?
Car si l’on veut être restrictif, Atlantic serait comptabilisé comme marque ainsi que Tenor, mais Radiola disparaitrait du catalogue. Et il faudrait choisir entre Pathé, Marconi et VSM…choix cornélien :grin:

bonsoir

Comparons avec les voitures

Qu’ est ce qu’ une " marque " : la voiture qu’ on intègre et qu’ on diffuse sous un nom ? ou celle qu’ on " fabrique " de A à Z , dont le moteur et le chassis ??

J’ avais il y a encore peu de temps une voiture de marque " Mitsubishi " diesel , achetée en janvier 2000 , et fabriquée en Hollande .

le chassis : une base de V40 de Volvo
le moteur ; le 1.9 TD de Renault ( celui de la R19 datant de 1996 )
tout le reste, alternateur , disques de freins , plaquettes , turbo , etc , etc : des accessoires de marques bien connues , mais l’ étiquette et le logo étaient bien " Mitsubishi " !

De 1969 à 2013 : la " Française de Mécanique " , à Douvrin , 62 , filiale à 50/50 PSA et Renault , fabriquait des moteurs pour les deux marques …

Revenant à la radio , en Allemagne KUBA qui fabriquait de bien beaux meubles dans les années 1950-60 , ne fabriquait pas ses chassis radio , il intégrait des chassis standard de chez Nordmende , Téléfunken ou Impérial , même Saba je crois jusqu’ à ce que Kuba rachète Impérial , et possède donc ses propres chassis .

Rosita intégrait dans ses meubles du Loewe Opta , du Grundig et autres marques…et pourtant Kuba et Rosita sont bien considérés comme des marques !

Rares étaient les marques , dont certaines bien connues , qui fabriquaient la totalité ou presque totalité de leurs chassis et composants

Pareil pour les TVs : milieu des années 60 , à l’ usine Grammont de Montrouge - Malakoff , on fabriquait des chassis complets qui ensuite étaient intégrés dans des caisses différentes pour en faire des TVS Grammont , Ribet Desjardins , Sonneclair et Alsacienne ! Tvs vendus donc sous 4 marques différentes qui n’ avaient pas fabriqué grand chose !

Depuis qqs années , pour tous les TVS modernes dits " plats ", diffusés sous différentes marques bien connues , les chassis sont fabriqués par d’ illlustres inconnus du grand public !

Donc la "marque " , Brand " en anglais , est le nom commercial sous lequel le produit est diffusé !

et la marque n’ est pas forcément le constructeur du chassis ou des composants, loin de là .

Une marque ne peut être qu’ un simple " assembleur " ou même un simple " commerçant " qui vend un produit acheté en OEM et mis dans une boite à son nom ! :wink:

Bonsoir
La définition de Marque est un système commercial pour faire de la production pour une usine …
Comme technicien à l’agence régionale de Rezé les Nantes de Thomson , l’usine d’Angers a sorti: Pathé Marconi , Téléavia , Continental Èdison , Saba, Téléfünken et bien d’autres marques de la grande distribution.
A mes débuts parisien chez Clarville on sortait en chaîne du Manufrance puis passé chez Grandin c’était du Brandt …??
Dans le même sujet j’ai remis en état il y a quelques années un Lemouzy , un fabricant renommé et bien connu, c’était un pile secteur, fait en réalité chez Socradel et diffuser aussi par d’autres;
Actuellement notre société de consommation se laisse pire que jamais enfumée par ce système ,

Pour nous autres amateurs ou collectionneurs, la marque inscrite sur l’appareil permet surtout de trouver un schéma ou une doc correspondant à l’objet.
Je ne vois pas d’enfumage dans le fait de diffuser sous une marque B un produit fabriqué par A, il n’y a là qu’un choix commercial. Bien-sûr, certaines marques plus connues peuvent vendre plus cher…

bonjour

Dans les années 1960 , j’ avais eu un petit fascicule de chez Clarville je crois pour aider au dépannage des TVs N et B par l’ image

C’ était un fascicule petit format de disons 10 x 5 cm , d’ une 20 aine de pages , chacune avec une photo d’ écran et une image déformée et indiquant le circuit à contrôler .

Sur la couverture il y avait un écran TV avec une grille .

J’ ai égaré ou perdu ce petit fascicule au fils de plusieurs déménagements . Bon il ne me servirait plus pour le moment , c’ était à titre documentaire

As tu connu ce fascicule !??

Bonjour Claude du 27
Pour l’histoire les années 60 Clarvllle avait été repris par CSF et je n’y étais plus , ils avaient aussi englobé Oréga et ensuite disparus dans le groupe Thomson, tous ses regroupements ont fini en fiasco, on en connait la suite … !!
Je maintien contrairement à Milou que les marques foisonnent et la population se fait enfumée par la pub et ne se soucie pas de la provenance.?

Cordialement
Roger

Effectivement en le disant le fascicule s’ appelait bien " CSF Clarville ! :wink:

Quant aux marques , l’ usager - client regarde l’ aspect , le format , le fonctionnement et le prix , et je crois se fiche pas mal qui est le constructeur réel et la provenance .

C’ est comme quand il achète des bananes au supermarché , Qui regarde si elles viennent de Cote d’ Ivoire , du Costa Rica , de république Dominicaine, de Colombie ou des Antilles françaises . et comme souvent l’ étiquette en face de la gondole est fausse , différente de celle - toute minuscule - collée sur la banane ou imprimée sur le sachet ! .

Combien de fois ai je vu sur l’ étiquette de la gondole pour un vin rosé " provenance Afrique du Sud " et sur les étiquettes des bouteilles " Chile " !

LIDL est coutumier du fait - on a beau leur signaler , ils s’ en foutent royalement ! - , mais les autres également à l’ occasion !

Pour revenir au thème de ce fil, j’en suis arrivé à la conclusion suivante : il y a lieu de distinguer les constructeurs qui achètent des composants et construisent des postes selon un schéma propriétaire et les intégrateurs qui eux marient des kits pour distribuer des radios sous une marque commerciale de circonstance.
L’idéal serait de pouvoir identifier autant que possible les uns et les autres, cela faciliterait grandement les recherches et les restaurations.
Je verrais bien une classification Constructeurs ©, Intégrateurs (I), constructeurs devenus intégrateurs (CI) et non identifiés (NI), la catégorie la plus floue étant les CI, j’y fais référence suite à la lecture d’un sujet VITUS, assurément un éminent constructeur qui a fini son parcours comme diffuseur de produits en kits conçus par d’autres.

salut Jeff

Oui , bien sur , mais ça complique pas mal l’ organisation de l’ ensemble .

Et qui définira et décidera, et selon quels infos ou critères, dans quelle catégorie on placera la " marque " du poste trouvé ??

Dans une grande majorité de cas, le tri se ferait sans trop de problèmes, la présence d’une classe NI permettrait de laisser en suspens les cas litigieux

Je n’ ai pas posé la question s’ il y aurait des pbs ou pas , j’ ai simplement demandé qui fera le tri et vérifiera !

Est ce que la personne qui sera en charge du contrôle des infos et des fiches faites est du même avis ??

Je pense, après avoir lancé ce fil, qu’il y a des amateurs-pros très fins connaisseurs, et qu’ils le pourraient.
Cela pourrait être l’objet d’un superbe article sur Radiofil???

Bonjour à tous
Histoire de compliquer un peu le fil, il me semble que tous les intervenants de ce fil, parlent de ce qu’ils ont vécu à partir des années, disons 1970 ?
Durant la seconde guerre, et avant était-ce la même situation ???

Nous sommes là dans une demande qui démarre à quelle époque ,et devient difficile à établir .
Faire un classement comment…?
Les constructeurs fabricants en prenant cet exemple après la guerre n’étaient que 2 en France Ducretet Thomson et Philips dont les pièces venaient de Hollande pour la plupart , pour les autres il y avait les spécialistes en bobinages, en haut parleur, en transfos et faubourg Saint Antoine les ébénistes… .
Pour répondre à stecha avant la guerre il y avait aussi quelques fabricants de pièces détachées , beaucoup fabriquaient eux même leurs bobinages , je n’y étais pas !!! mais il ne devait pas exister de chaîne plutôt des ateliers de fabrication

Bonjour
Et merci d’apporter vos connaissances très approfondies de la fabrication de ces TSF.
Pour moi le fabricant c’est le concepteur du produit ? Cela se matérialise dans notre domaine, par l’élaboration de schémas techniques destinés à la réparation. Ducretet, Philis, radialva, Reela…
-Il me semble que les petits monteurs, n’avaient pas les moyens financiers d’avoir des ingénieurs-concepteurs, et financiers, d’imprimer de la doc, à destination d’une poignée de clients dépanneurs ???

Le plus facile est de répertorier les constructeurs.
Pour les autres, tout est affaire d’interprétation des motivations : il y a eu ceux pour lesquels il y avait de l’argent facile à gagner en vendant localement des appareils qui n’avaient pas coûté grand chose à l’achat et aussi ceux qui se servaient du kit pour lancer une activité plus “valorisante” (devenir constructeurs à part entière) mais aussi ceux qui n’ont pas pu ou su évoluer et qui ont fait vivoter leur marque en revendant du prêt à l’emploi.
Du reste, dans ma classification, j’aurais du ajouter la catégorie MD (marque de diffusion) où la seule variante par rapport au produit originel est l’étiquette du diffuseur, Nogamatic en est un parfait exemple.

Bonsoir,

Plutôt que de comparer cela à des voitures ? Il y a un produit actuel qui connaît la même histoire c’est le PC.

On trouve de grands fabricants de PC de petits magasins informatique qui assemblent en “sur mesure” et des amateurs comme vous et moi qui les assemblent en choisissant une carte mêre, un processeur, des RAM, une carte graphique, un boitier, etc

C’est exactement ce qui c’est passé avec la TSF, des pièces détachées “standardisées” par le SPIR, avec transfos MF, bobinages, CV et cadran standardisés qui permettait d’assembler un poste à partir d’un cadran x, un CV y, des bobinages z, sans mise au point compliquée.

Cela a fait le bonheur des amateurs qui ont assemblés des postes pour leur famille et leurs amis, des petits artisans qui ont assemblé des postes pour leur clientèle locale à l’échelle d’un village d’une ville ou d’une région, la “marque” n’avait souvent aucune importance, aucune publicité ou stratégie marketing n’était nécessaire, ce qui ne vous arrange pas maintenant pour classifier et répertorier les postes.