Interrupteur au pied

Bonsoir à tous,
Pour ma part j’utilise cette table pour la circulaire et la défonceuse qui équipée de cet inter sécurisé qui était fourni avec.
La gachette de la défonceuse ou circulaire ou sauteuse est bloquée avec un ruban velcro.
718VTpc2SOS.AC_SL1000


L’ensemble « inter protégé » doit se trouver, certes c’est une solution plus onéreuse mais la sécurité n’a pas de prix !
Bricoleur50

3 J'aime

C’est ce qui me semble le plus sur.
Et c’est fait pour ça et en plus c’est conforme d’un point de vue sécurité

C’est vrai c’est intéressant ce système. Malheureusement, une fois en route ça continue sans intervention de l’opérateur. C’est juste un peu plus accessible que la gâchette de la chignole.

La pédale a au moins le mérite d’arrêter si on la relâche.

Quand, j’utilise une scie circulaire sur table ou toute machine à bois stationnaire, je ne vois pas l’intérêt d’un interrupteur au pied.
J’ai besoin de bouger mes deux pieds et de pouvoir les déplacer en fonction de l’avance de la pièce.

1 J'aime

C’est une toute petite table, qui ne permet raisonnablement de couper que de petites pièces.

Pour les grandes pièces, j’ai un truc de chez Lurem.

La table black & decker ne fait que 30x33 et n’atteint même pas 16cm de capacité entre lame et guide.

Tout l’intérêt de cette table de sciage est dans sa lame qui, puisqu’elle est pourvue d’une denture fine, a beaucoup moins tendance à éclater les pièces minces.
Pour faire des coffrets pour ranger des petites choses comme un voltmètre gousset, c’est pratique.

Si je voulais faire des meubles ce n’est pas avec ce gadget que j’officierais, j’ai quand-même le combiné qui est conçu pour.

Dans le contreplaqué de 3 ou de 5mm en revanche, le combiné avec sa lame à grosses pastilles carbure on oublie.

Bonjour,
Le freinage par court-circuit ne fonctionne pas très bien avec un moteur universel série, contrairement à un moteur à aimant permanent.
Cdt,
Gerard

Est-ce possible, de mettre lame pour panneaux fins avec une voie peu épaisse et à grand nombre de dents sur la combinée? C’est plus rigide qu’une scie circulaire inversée et d’un plus grand confort pour les réglages de lame.

J’ai longtemps bricolé avec une scie Ryobi montée à l’envers sur un caisson en aggloméré ou j’avais monté un plateau coulissant avec des glissières à bille un peu comme les scies à format.
Pour la commande, j’avais mis un boitier avec un contacteur comme les DRT Télémécanique pour la mise en marche.

C’était lourd, donc très stable.
C’était compliqué pour ajuster la hauteur de lame au 1/4 de mm.
J’avais fait un protecteur par dessus pour la lame comme sur les tables de raboteuse.
Maintenant, j’utilise une scie sur table du commerce, beaucoup plus pratique pour ses réglages avec des volants. J’ai aussi une scie à ruban. La scie à ruban et la circulaire ne font pas les même choses: les rainures et feuillures qui se font à la scie sur table pour celui qui n’a pas de toupie

Pas tenté par le rachat d’une lame spécifique aux petits travaux.
J’ai aussi une scie à ruban et même une scie parkside pour deligner mais tout ça est dans un endroit non chauffé.

La petite scie black et decker, elle, je peux la transporter facilement dans la véranda à la chaleur et à la lumière.

Ce n’est pas du matériel qui sert souvent, mais chaque fois que je m’en sers je peste contre la difficulté d’accès de la gâchette de la perceuse et le côté dangereux du système.

Effectivement, j’ai testé hier c’est peanuts. De toute façon la pédale n’a pas assez de contacts alors c’est réglé.

Je sens que ça prend le chemin du plus simple avec une prise classique de récup, une fiche sur la pédale… et une fiche strap.

C’est contre la manque d’ergonomie en réalité que je m’insurge un peu, concernant ce gadget, et qui serait facile à rectifier en augmentant un peu la sécurité d’utilisation.

Je n’ai pas le goût de transformer cette table de sciage en usine à gaz avec toutes les sécurités possibles et permises pour un coût qui sera démesuré par rapport à sa valeur, et à mon budget.

Je me demande d’ailleurs à cette occasion si une prise gigogne commutée par la pédale ne serait pas la solution la plus simple, or le fait de trouver la prise toute faite d’un bloc. Peut-être peut-on jongler avec un morceau de tube PVC et la faire soi-même.
Un peu à l’image de ce qui est fait pour nombre de machines à coudre d’ailleurs.

Merci à tous pour vos commentaires et vos remarques pertinentes, je continue de creuser.

Et avec un peu de chance, à défaut d’une solution simple et toute faite « plug and play » je trouverai peut-être du pétrole.

Bonjour,
La prise gigogne à pédale, c’est ce que j’ai fait il y a longtemps, avec un relais statique et une simple pile 9V raccordée en série avec le contact de la pédale.
C’est très simple, l’isolement est parfait et la commutation se faisant au zéro de tension, sans parasites.
J’utilise cette prise très souvent, pour un tas d’outils.
cdt,
gérard

Comme l’usage sera occasionnel, je préfère et de loin une installation qui se passe de pile.

Les piles, ça finit toujours pas mourir en entrainant en partie l’appareil avec 99 fois sur 100.
J’avais, enfin j’ai toujours mais elle a rejoint le grenier dès que j’ai pu la remplacer, une balance sur pile 9 volts. Pour 3 pesées dans l’année, et encore les grandes années, sur 10 ans elle a coûté 3 ou 4 piles et 2 connecteurs. En dernier, l’affichage était devenu capricieux.

Devant la remplacer, j’ai préféré choisir une berkel d’épicier qui sur la durée, depuis 6 ans que je l’ai maintenant, n’est finalement pas revenue plus cher qu’une nouvelle balance électronique et ses inévitables consommables.

C’est un peu le problème avec ce qui sert peu souvent, et je pense qu’on a tous un peu le problème : tout ce qui est sur pile est en panne une fois sur 2 quand on en a besoin. C’est énervant, et c’est un beau gaspillage que ces piles mortes de vieillesse.
Le pire ce sont les piles premier prix : elles couleraient presque rien qu’à les sortir de l’emballage. Duracell fait un peu mieux, mais le prix de vente est prohibitif. Si la pile coûte 4 ou 5 fois plus cher qu’une pile de marque distributeur et ne dure sans fuite que 2 fois plus longtemps, ce n’est pas rentable.

J’en profite pour poser la question : c’est moi, ou les piles n’ont jamais coulé aussi vite dans nos appareils ?
J’ai acheté, comme tous ici, des postes à transistors dont les piles trentenaires étaient mortes, certes, mais n’avaient pas coulé. Maintenant, sur une pendule de cuisine, on la remplacerait presque tous les ans juste pour ne pas pourrir la pendule alors que la pile est loin d’être consommée.

Un peu hors sujet, mais puisqu’on parle de piles, moi c’est mon détecteur de fumées qui est un vrai bouffeur de piles 9V à pressions. Et le pire c’est que le signal sonore de pile usée se déclenche…la nuit ! Bien sur

La pile qui est dans la prise est en place depuis au moins 3 ans et elle a une tension encore supérieure à 8V.
Il suffit de 3V pour que le relais statique conduise…
Une pile de bonne qualité ne coule pas si elle ne débite pas de courant, quand la pédale n’est pas actionnée, le circuit est ouvert.
Le courant de commande est inférieur à 5 mA.
cdt,
Gérard

ça ne me dérange pas, d’autant que c’est moi qui ai lancé le thème. Toute expérience est bonne à partager.

Hélas j’ai déjà eu le cas de piles ayant fuit en étant dans aucun appareil, et ne débitant donc aucun courant. Pas neuves, mais sorties de l’appareil par précaution qui s’est avérée justifiée.

Un des critères qui me pousse à écarter un système basé sur une pile est les écarts importants de température qu’elle va devoir supporter.

La table scie B&D sert quasi exclusivement dans une véranda, une pile m’obligerait à soustraire l’appareil des chaleurs extrêmes qui peuvent y régner, au lieu de tout laisser en place quand je commence à avoir trop chaud à midi pour reprendre le soir.

Pas si simple de satisfaire à toutes les contraintes.

Bonjour,

et , au lieu d’une pile (effectivement peu fiable, surtout par des températures extrèmes ) on utilisais une alim de téléphone (en 5V) ou une alim de box ADSL (en 12V) c’est fiable, c’est simple, et facile à trouver, même en faisant les poubelles …

insérer, le cas échéant, une résistance de valeur adéquate entre l’alim et la commande du relais , si on n’en trouve pas acceptant directement du 5 ou 12V …

sloup

C’est une solution qui m’a effleuré l’esprit.

Je suis en train justement de chercher après une vieille prise parafoudre dont j’ai perdu la trace il y a des années pour voir si elle s’ouvre afin de la modifier en gigogne, avec la pédale en basse tension si il y a la place.

Même sans prendre une alim à découpage, le petit transfo de n’importe quelle « ancienne » alim devrait pouvoir faire la rue michel, un relais classique se fichant bien pas mal de la forme du courant qu’on lui envoie.
Sans compter que c’est plus fiable qu’une alim à découpage dont les condos vieillissent, j’en ai déjà jeté pour cause de panne.

Ce qui est séduisant dans une pédale en basse tension, c’est que le fil qui y va n’a pas besoin d’être d’une section importante, et la rigidité qui va avec et embarque la pédale.

Pour le prix de deux piles, il existe des petites alim secteur. Je n’utilise que ça, pour les petits trucs portables.En quelques années, j’ai pu en récupérer une trentaine, de toutes tensions, continues ou alternatives, et en plusieurs intensités. C’est le top . Le seul souci, c’est qu’il existe beaucoup de fiches/ prises différentes.Mais là aussi, j’en ai des pleins cartons.

Je garde moi aussi les alims des appareils hors d’usage. Tôt ou tard on est bien fier de les retrouver.

Pour le moment je continue de fouiller mon brol à la recherche de ce qu’il me faut, mais c’est toujours pareil : plus on cherche moins on trouve.
J’ai quand même retrouvé le ticket de caisse de l’oscillo pédagogique et le mode d’emploi de la tronçonneuse, des fois que j’aurais oublié comment on s’en sert, mais pas moyen de mettre la main sur la prise parafoudre.

Bon, dernières nouvelles :

J’ai retrouvé un relais, une alim de téléphone, mais je ne retrouve pas la prise parafoudre alors j’ai improvisé avec ce que j’avais sous la main.

Confinement oblige, j’ai quasi fait mes propres poubelles, enfin disons plutôt que j’ai particulièrement creusé profond dans mon bordel.

J’ai fini par trouver une fiche, laquelle a d’ailleurs reçu un micro-switch qui désactive la pédale, un peu de scindex, une prise femelle, et un vieux bout de 3x1,5mm² puisque la chignole, elle est pas en classe 2 mais en classe 1 : c’est de l’alu massif poignée comprise .

Pas une usine à gaz, et très fonctionnel.

Le maillon faible est peut-être le micro-switch, et encore. Son marquage indique 3A 250V mais ça c’est le pouvoir de coupure si je me souviens bien.

Pour les curieux, le moteur de la scie le voici, restauré par un anglais qui le destine à sa femme.
Si vous regardez la vidéo jusqu’au bout vous allez sourire.

Encore un usage de plus à ce tout petit moteur et auquel j’avoue je n’aurais jamais pensé.

Mais si je vous montre cette vidéo, outre le caractère informatif et le trait d’humour, c’est pour vous demander si quelqu’un sait comment il refait sa plaque signalétique, parce qu’il me semble que ce procédé referait d’excellents cadrans sur nos postes qui en auraient besoin.

Je ne sais pas si il fait ça lui-même ou si il les commande à une boite, mais on dirait l’autocollant d’origine en neuf.