L'agonie du 819 lignes

Quand on annonçait la fin du 819 lignes dans la presse grand public…


(Cliquez pour agrandir ou télécharger)

Article découvert sur le très intéressant site de ce passionné de Télé 7 Jours…
http://php88.free.fr/t7j/

Bonjour Jean Michel
Malheureusement nous ne sommes pas nombreux à avoir connu toute cette évolution en débutant avec le 441 lignes, que j’ai vu avant sa disparition un bond où le 819 nous donnait la meilleure définition NB au monde …

Ce qui parait anecdotique actuellement avec les progrès de transmissions et ridicule avec l’indifférence des nouvelles générations
Cdt
Roger

Bonjour,

Merci Jean-Michel pour cet article. Roger, je ne sais pas à quel moment en région parisienne le 441 a été basculé sur le 819 puisque mes souvenirs de TV remontent à mes 5 ans soit en 1955. Quand au passage en 625, mon paternel avait modifié son TV Grammont 819 en 625 par l’adjonction d’un tuner qui lui avait posé quelques soucis. Je me rappelle des séries proposées à l’époque dont les incorruptibles et les séries anglaises.

JP

Je n’ ai pas connu le 441 lignes , j’ avais 6 ans en 1950, mais comme j’ étais domicilié chez mes parents , bien entendu et dans la zone de réception de Lille ( l’ émetteur de Bouvigny est apparu bien plus tard ) , j ‘en ai peut être vu en vitrine des magasins sans savoir que c’ était du 441 lignes ! :smile:

Pour ceux qui aimeraient se replonger dans les émissions d’ autrefois ! attention ce n’ est aps de la technique , mais une rétrospective des émissions :wink:

pour l’ historique " technique " j’ avais déjà mentionné ce lien dans un fil antérieur

http://radio-piffret.pagesperso-orange.fr/Histoire_de_la_Television.htm

1948, le 20 novembre, François Mitterrand choisit le 819 lignes comme futur standard de la télévision française. L’Europe choisit la définition de 625 lignes sauf la France qui revendique une télévision de qualité et en haute définition, “l’image la meilleur du monde”. Les essais débutent le 15 novembre 1949.
Le standard 441 lignes doit être maintenu jusqu’en 1958.

“L’image la meilleure du monde”, ça c’est juste un argument type “cocorico on est les meilleurs”. Ce qui est un leurre bien entendu, car rien ne justifiait qu’on se démarque par rapport au reste de l’Europe qui avait avec le 625 une télé de qualité. Sans parler de la dimension des antennes, bien plus imposantes en VHF.

Théoriquement aussi, le 819 serait supérieur au 625, bien sûr, plus il y a de lignes… Mais cela reste théorique, la définition des écrans à cette époque, médiocre il faut le dire, empêchait de voir les lignes). D’ailleurs, personnellement, je trouvais l’image de la seconde chaîne (625 UHF) bien plus nette que celle de la première (819 VHF) Mais ça venait peut-être de mon poste.

Quoi qu’il en soit, l’arrivée de la seconde chaîne un peu plus tard en 625 lignes (fallait bien faire comme tout le monde en fin de compte, rectifier le tir et revenir à la raison. Alors, la queue entre les jambes, on a ravalé le cocorico), a rendu obsolètes les vieux appareils mono-standard qui n’ont pas pu recevoir la seconde, et les téléviseurs vendus à l’époque ont été forcément bi-standard, ce qui impliquait un surcoût (merci Mitterrand de 48).

Plus tard, avec l’arrivée de la couleur sur la première chaîne (jusqu’alors réservée à la seconde en 625 lignes), la chaîne a dû basculer en 625 lignes UHF. Cela s’est fait sans douleur, car tous les postes étaient déjà équipés en bi-standard (d’où un surcoût déjà évoqué, merci l’exception française, qu’est-ce qu’on peut être tarte parfois :rage: !).

Tout ça pour évoquer le fiasco retentissant du 819 lignes qui devait nous donner la meilleure image du monde et qui a dû être en fin de compte abandonné. On devait penser en 1948 que la télévision serait mono-programme ad vitam aeternam . Quel manque flagrant de vision d’avenir…!
Quand on est bon, on est vraiment bon ! Mais quand on est mauvais, on est encore meilleurs.

Et puis les TVs N et B 819 lignes , étaient peut être de bonne définition … ou , mais neufs chez le revendeur … mais au bout d’ un an ou deux chez le pékin lambda :

  • la vitre de protection toute noire de fumée à l’ intérieur , et le pékin n’ osait pas la démonter pour la nettoyer , donc il devait pousser la luminosité et le contraste pour encore y voir quelque chose , ce qui accélérait le vieillissement du tube cathodique
  • les bases de temps n’ étaient plus linéaires et l’ image était déformée .
  • avec un peu de vieillissement l’ image pouvait avoir aussi une déformation en " tonneau "
  • celui qui avait une mauvaise antenne , ou était mal situé par rapport à l’ émetteur , avait de la neige dans l’ image …
  • etc , etc

alors je ne vous dis pas l’ état visuel de la " meilleure image du monde " !

Oui la meilleure image du monde , c’était en 1955/56, polémiquer sur la technique de l’époque en comparaison avec ce que nous avons maintenant, c’est le dialogue de sourd que j’ai avec les jeunes dont mes petits enfants…
Ce qui laisse supposer que nous étions des tarés pour avoir été techniquement en dehors des clous où Henri De France avait mis au point ce standard et il y avait aussi la politique qui voulait nous différencier du reste de l’Europe
En début d’émission nous avions le “Monoscope” avec une image qui permettait d’analyser la définition et on arrivait a 750 points sur beaucoup d’appareils sauf chez Philips qui héritait de la technologie batave 625 lignes , j’ai souvent essayé sans succès de reprendre les réglages pour corriger la courbe FI à 11,15 Mhz avec un wobuloscope, une de leur réponse il privilégiait le contraste, ils voulaient toujours avoir raison .

Le 819 n’a été transmis qu’en VHF bande 1 et 3 pendant une dizaine d’années et que la première chaine …

Le 441 lignes n’a été utilisé qu’à Paris, on ne pouvait donc pas le recevoir régulièrement à Lille…
En fait il avait démarré pour l’exposition de 1937 en 455 lignes et s’est arrêté dès le début de la guerre.
Les allemands l’ont remis en route en 1942 ou 43 au standard 441 lignes (utilisé en Allemagne) pour faire des émissions à destination de leurs blessés dans les hôpitaux parisiens.
L’émetteur a échappé à la destruction à la libération de Paris en 1944 et les émissions régulières ont repris en 1946 pour cesser définitivement en 1956 suite à un incendie de l’émetteur (sans cela elles auraient dû durer jusqu’en 1958).

Le 819 n’a été transmis qu’en VHF bande 1 et 3 mais nettement plus d’une dizaine d’années (de 1949 à 1983, soit 34 ans, même si ce n’était plus du vrai 819 lignes lorsque TF1 est passé en couleurs au milieu des années 70).

il y a eu également des émetteurs 1ère chaine 819 lignes en UHF ! :wink:

J’mai gouré j’ai indiqué la FI 11,15 c’est la bande passante, porteuse image à 6 db sur 28,05 Mhz , le son 39,20Mhz , émetteur de Nantes bande 1 , canal 4, 54,40 Mhz image , 65,55 Mhz son , il a été mis en service en 1959, puis passé en 625 UHF couleur en 1969

Salut Yves ! Je la ressortirai, celle là !! :grinning::grinning:

bonjour,
j’ai bien lu : les postes d’avant 64 périmés en 75…???

et on se plaint encore et toujours, aujourd’hui, c’est un peu plus rapide, quand même!

idem “couleur la plus fidèle du monde” avec le procédé SECAM, qui est également passé aux oubliettes

mais toute technique évolue! combien de chiens ont reconnu la voix de leur maître dans un pavillon en tôle, et combien de maîtres extasiés en comprenant enfin les paroles dans le gargouillis nasillard qui en sortait…

Une sortie de Pierre Dac : contre tout ce qui est pour et pour tout ce qui est contre …
Le lot actuel d’infos des expérimentés et celles venant du “ouèbe”

Ne pas oublier de citer le très éphémère D2MAC paquets au milieu des années 1980 - encore une élucubration de TDF , et autre " invention franco française " sans lendemain et sans débouchés - qui , transmis par satellite , a eu très peu d’ audience, et a surement coûté beaucoup d’argent en frais de développement et réunions diverses , tout comme les deux satellites TDF1 et 2 …

Qu’il y ait des techniques en télévision qui n’ont pas abouti c’est faire passer nos chercheurs pour des imbéciles, à l’arrivée du 819 lignes un de nos plus grand ingénieur René Barthèlémy proposait même la télé 1000 lignes qui n’avait pas été retenu .
Le reproche d’avoir fait des recherches pour trouver de nouvelles formes de transmission , c’est facile après coup de faire étalage de leur manque de succès à notre petit niveau.

Pour avoir connu l’évolution depuis les années 1950 et vu les énormes progrès réalisés, chez certains provoquent la zizanie pas qu’en France

J’ ai assisté plus en tant que spectateur auditeur qu’ en tant que contributeur ( ce n’ était pas vraiment ma spécialité technique ) à la définition de cette norme, au cours de multiples réunions tant à Paris qu’ à Genève . Déjà à l’ époque , le tout numérique qui a abouti à notre TNT était en gestation et beaucoup " d’ experts " , dans ces réunions , disaient déjà qu’ il fallait arrêter les frais inutiles et ne pas s’ entêter avec une nouvelle " norme " franco française … Bien sur ils n’ ont pas été entendus ! :unamused:

J’ ai d’ autres exemples du genre , dans des domaines où j’ étais plus compétent , où les " ingénieurs " de TDF nous ont entrainés dans des impasses technologiques fort coûteuses, pondant des " normes nouvelles " pour imposer sur le marché français des produits difficilement vendables vu leur coût de développement et de production , et inexportables - nos voisins belges , hollandais , allemands étant plus pragmatiques et lucides - , pour bien sur devoir faire marche arrière très peu de temps ensuite :roll_eyes:

J’ avais moi même sur le champ dénoncé certaines de ces aberrations auprès de ma direction , et même lors des réunions de groupes - et je n’ étais pas le seul -!
Donc ce n’ est pas du " c’est facile après coup de faire étalage … " :wink:

Mais évidemment chez TDF et au CCETT , c’ était " c’ est nous le chef et nous n’ avons nul besoin … "

Nous , n’ étions que des industriels , juste bons à développer à nos frais des produits sans avenir et invendables :imp:

La télé " 1000 lignes " , je l’ ai vue en démo au salon de Montreux qui se tenait tous les deux ans , dans le début des années 1990 !

En 1950 le numérique non seulement n’avait pas vu le jour et personne n’aurait prévu cette technique , je ne sais pas à quelle époquje Boby Lapointe avait évoqué le binaire ?