L'agonie du 819 lignes

Une sortie de Pierre Dac : contre tout ce qui est pour et pour tout ce qui est contre …
Le lot actuel d’infos des expérimentés et celles venant du “ouèbe”

Ne pas oublier de citer le très éphémère D2MAC paquets au milieu des années 1980 - encore une élucubration de TDF , et autre " invention franco française " sans lendemain et sans débouchés - qui , transmis par satellite , a eu très peu d’ audience, et a surement coûté beaucoup d’argent en frais de développement et réunions diverses , tout comme les deux satellites TDF1 et 2 …

Qu’il y ait des techniques en télévision qui n’ont pas abouti c’est faire passer nos chercheurs pour des imbéciles, à l’arrivée du 819 lignes un de nos plus grand ingénieur René Barthèlémy proposait même la télé 1000 lignes qui n’avait pas été retenu .
Le reproche d’avoir fait des recherches pour trouver de nouvelles formes de transmission , c’est facile après coup de faire étalage de leur manque de succès à notre petit niveau.

Pour avoir connu l’évolution depuis les années 1950 et vu les énormes progrès réalisés, chez certains provoquent la zizanie pas qu’en France

J’ ai assisté plus en tant que spectateur auditeur qu’ en tant que contributeur ( ce n’ était pas vraiment ma spécialité technique ) à la définition de cette norme, au cours de multiples réunions tant à Paris qu’ à Genève . Déjà à l’ époque , le tout numérique qui a abouti à notre TNT était en gestation et beaucoup " d’ experts " , dans ces réunions , disaient déjà qu’ il fallait arrêter les frais inutiles et ne pas s’ entêter avec une nouvelle " norme " franco française … Bien sur ils n’ ont pas été entendus ! :unamused:

J’ ai d’ autres exemples du genre , dans des domaines où j’ étais plus compétent , où les " ingénieurs " de TDF nous ont entrainés dans des impasses technologiques fort coûteuses, pondant des " normes nouvelles " pour imposer sur le marché français des produits difficilement vendables vu leur coût de développement et de production , et inexportables - nos voisins belges , hollandais , allemands étant plus pragmatiques et lucides - , pour bien sur devoir faire marche arrière très peu de temps ensuite :roll_eyes:

J’ avais moi même sur le champ dénoncé certaines de ces aberrations auprès de ma direction , et même lors des réunions de groupes - et je n’ étais pas le seul -!
Donc ce n’ est pas du " c’est facile après coup de faire étalage … " :wink:

Mais évidemment chez TDF et au CCETT , c’ était " c’ est nous le chef et nous n’ avons nul besoin … "

Nous , n’ étions que des industriels , juste bons à développer à nos frais des produits sans avenir et invendables :imp:

La télé " 1000 lignes " , je l’ ai vue en démo au salon de Montreux qui se tenait tous les deux ans , dans le début des années 1990 !

En 1950 le numérique non seulement n’avait pas vu le jour et personne n’aurait prévu cette technique , je ne sais pas à quelle époquje Boby Lapointe avait évoqué le binaire ?

Le D2MAC Paquet n’était pas une “élucubration franco-française” mais un standard Européen qui aurait dû être utilisé pour toutes les émissions de TV directe par satellite. Il a d’ailleurs été rendu obligatoire au niveau européen dans tous les TV à écran 16/9 de plus d’une certaine diagonale, même si en pratique il n’y en a eu que très peu.
L’origine des standards MAC est anglaise (il y a eu plusieurs versions: A-MAC, B-MAC, C-MAC d’utilisation professionnelle puis D-MAC et D2-MAC pour le grand public).
Ce sont les pays scandinaves qui l’ont utilisé le plus longtemps, essentiellement comme système de cryptage pour leurs émissions satellite payantes avec l’accès conditionnel Eurocrypt, ancêtre de Viaccess (idem pour les émissions payantes sur les réseaux cablés français avec le Visiopass).

S’il n’a pas marché c’est d’une part à cause du manque de fiabilité des satellites de forte puissance de la fin des années 80 qui ont utilisé ce standard (TDF 1-2, TVSAT, Olympus …) d’autre part à cause de l’arrivée beaucoup plus rapide que prévu de la TV numérique (standard DVB à partir de 1994).

bonsoir et merci pour ce précisions

Mais des standads " franco français " baptisés " européen " en croyant au père Noel , j’ en ai connu d’ autres !

Comme le fumeux connecteur E pour les équipements de réseaux de télédistribution ( télévision distribuée par câbles ) et les antennes collectives ,

Citation
“il y a eu également des émetteurs 1ère chaine 819 lignes en UHF ! :wink:

C’est vrai, mais très peu et c’étaient des réémetteurs de faible puissance.
Leur bande passante vidéo était de 6 MHz au lieu de 10 à cause de la largeur de 8 MHz des canaux UHF.
Il y en avait un dans la ville où j’ai passé ma jeunesse (Grasse - Les 3 Portes, qui relayait le Pic de l’Ours dans les zones d’ombre de la ville et des environs).

A la même époque (milieu des années 70) on a reçu dans le coin les émissions de Tele Monte Carlo passées en 625 lignes d’abord noir et blanc puis couleur SECAM sur le canal F10 prévu pour le 819 lignes. (avant que les canaux VHF de la norme L soit définis).

effectivement , c’ étaient des réémetteurs de faible puissance , et à bande réduite , canaux de 8MHz , bien entendu .

J’ avais cette commutation possible sur mon TV portatif ITT Océanic à l’ époque , mais ne me souviens pas d’ avoir pu utiliser cette possibilité , ne me trouvant pas dans le rayon d’ action d’ un de ces réémetteurs .

Citation
“j’ai bien lu : les postes d’ avant 64 périmés en 75 …???”

En fait c’est à partir de fin 1961 que tous les appareils ont dû être bistandard (819 / 625 lignes), au départ le tuner UHF n’était pas installé mais adaptable.
De plus beaucoup d’appareils d’avant 1961 ont été modifiés pour pouvoir recevoir le 625 lignes et la bande UHF, j’ai adapté moi-même l’appareil de mes parents, acheté juste avant que le balayage 625 lignes soit obligatoire au moyen d’un kit du fabricant (tuner + commutateur et quelques composants passifs)…

C’est à l’arrive de la 2iéme chaîne que le 625 lignes est venu en UHF, les canaux VHF étaient limités en largeur de bande, bande 1 canaux 2 et 4, la bande 2 réservée aux télécom , bande 3 et 4 canaux 5 à 12 et avec une bande passant de 11,15 MHZ, pour 6,5 MHZ en UHF balayant de 475 à 800 MHZ et le son AM , les sous porteuses numériques sont venues bien après l’apparition de la couleur.en 1968.

Bonjour,

En marge du 819 lignes dont je me rappelle la finesse de l’image par rapport au 625, il y a eu une mode qui a duré assez longtemps de la fin des années 60 jusqu’au milieu des années 70 et qui a bien altéré la qualité de la vision noir et blanc en l’assombrissant de trop,c’est celle de certains écrans teintés que l’on retrouve par exemple sur ces postes “tulipes”.Je viens d’ailleurs d’essayer mon Téléfunken Portimage 3000 de 1975 et il faut vraiment pousser la luminosité et le contraste; à l’époque, nous avons pendant longtemps ôté le “sur écran” teinté.Cependant,cette mode ne semble pas avoir été appliquée aux postes couleurs.

A bientôt.

Patrick.

En fait la largeur des canaux 819 lignes était de 14 MHz (l’écart entre porteuses était 11,15 MHz, mais il y avait une bande “talon” de 2 MHz de l’autre côté de la porteuse vision). Idem pour les canaux 625 lignes, la largeur des canaux est 8 MHz avec 1,25 MHz de “talon”.
En VHF, la grande largeur des canaux 819 lignes était partiellement compensée par l’arrangement “tête-bêche” des canaux pairs et impairs en bande III.

Bonjour,

Il faut appeler les choses par leur nom il s’agit de la bande latérale résiduelle et pas d"un “talon”.

A force de parler de râteau (pour antenne yagi), de bouteilles (pour signaux d’identification trame SECAM), de condos goudrons (pour condensateurs à diélectrique papier) ou chimiques (condensateurs électrolytiques) on perd le vocabulaire technique juste et correct ce qui fait que les nouvelles générations qui nous lisent ne le connaissent plus et ne vont hélas pas l’apprendre en pratiquant de cette manière.

Absolument , mais assez peu de gens ont réalisé qu’en fait on supprimait une des bandes latérales du signal image modulé en amplitude pour limiter la place que prenait l’émission
d’où le terme de “VSB” (vestigial Side-band) ou bande latérale réduite

On peut comprendre les générations qui n’ont que les définitions actuelles en radio TV peuvent être un peu décalées , les dépanneurs qui utilisaient les wobuloscopes étaient peu nombreux et se trouvaient dans les SAV importants, cette période a été assez courte que pour le NB, réglage FI et HF.
Si on vient compliquer les largeurs de bandes données , c’était bien les réglages précis que nous avions à effectuer sans nous occuper des bandes latérales , nos jeunes n’y comprendront plus rien …

A Henri Louis: c’est vrai que “talon” n’est pas le terme adéquat mais le terme “résiduel” n’est pas idéal non plus, je crois que la signification du R de MABLR est “réduite” et non “résiduelle”.
Le terme “bande latérale atténuée” ou BLA, pourtant le plus courant, est encore moins idéal …
Il s’agit en fait d’une bande latérale tronquée (à 2 MHz pour le 819 lignes et à 1,25 MHz pour le 625 lignes norme L/L’).
Pour que les fréquences de 0 à 2 MHz (ou 1,25 MHz en 625 lignes) ne soient pas suramplifiées, dans le récepteur la porteuse vision se trouve à -6 dB sur une pente droite qui part de 0 dB à +2 MHz (ou 1,25 MHz).
A noter que le standard à 441 lignes était émis en bande latérale double mais que la plupart des récepteurs le recevaient comme si c’était de la MABLR (ou BLA, ou BLT) ce qui permettait de réduire la bande passante FI.
Idem pour l’émetteur original de Londres en 405 lignes.

bonjour

Je crois que les petits modulateurs autour du canal 36 UHF qu’ il y avaient dans les magnétoscopes étaient à double bande latérale non atténuée!
qu’ on me corrige si je me trompe ! :wink:

Bonjour,

Naturellement, ces modulateurs n’avaient aucun filtre en sortie, seulement un oscillateur et un modulateur. C’est le filtre de sortie et les multiples filtres dans la chaîne d’amplification d’un émetteur TV analogique qui supprimaient la bande latérale après modulation.