Pour ou contre la restauration ?

Je vois sur ce site, des acharnés ( suisses) de la restauration. D’autres plus pragmatiques.
Ce qui m’intéresse en premier lieu dans une TSF en panne, c’est le cheminement intellectuel qu’il faut mener pour parvenir à lui redonner vie.
et comme la plupart du temps je fais cela pour Emmaüs, et qu’il faut de l’argent, donc vendre, j’essaie de les cirer, repeindre.
Mais m’m… à vider les grosses capas pour les remplir avec des modernes, berniques. Personne ne le voit, hormis celui qui a procédé à la restauration.

Justement ,vider ces anciennes capacités et tout le reste c’est la grande différence qu’il y a entre restauration et réparation c’est pour cela que je n’ai jamais restaurer un poste ni employé ce terme…

Restaurer un poste avec un grand “R” c’est aboutir à un poste de collection avec un grand “C”… et des postes de Collection il n’y en a beaucoup moins…

Bonjour,

je ferais, de manière générale, et pour du matériel ancien en général , le distingo entre 4 cas : 1 - restaurer / 2 - dépanner ou réparer / 3 - retrofiter ou moderniser / 4 - remettre aux normes

(Le cas 4 ne concernera pas les TSF et les collectionneurs de radio anciennes mais peut concerner un tour ancien …)

  • 1 restaurer :

On cherche a remettre en l’état a l’identique, a préserver l’aspect , l’authenticité , de l’appareil (c’est ce que font de nombreux collectionneurs ici …Avec parfois un souci du détail allant jusqu’a remettre des condos chimiques neuf dans l’étui en alu des vieux, ou reculotter une AZ1 avec un culot europeen 4 broches pour en faire une 506 …)

  • 2 réparer ou dépanner :

On cherche à refaire fonctionner correctement l’appareil, avec des pièces adaptables, d’une technologie proche , même si elle ne sont pas identique a celles d’origine , et même si l’aspect et l’authenticité en pâtit, pourvu que ça marche et ne se vois pas trop (c’est ce que faisaient les dépanneurs de l’époque , et c’est ce qu’on fait encore aujourd’hui … en remplacant un chimique de filtrage alu par un chimique cartouche sous gaine rouge, ou en remplacant une finale EL3 par une 6V6 ou une EL41 qui n’ont pas du tout le même aspect…mais qui ont le même rôle, font le même boulot …Et c’est ce que je fais aussi lorsqu’il s’agit de réparer une disqueuse ou un four à micro-ondes avec des pièces “génériques” adaptables ou de la récupération ! )

  • 3 Rétrofiter ou moderniser :

On conserve la caisse , ou le boitier, ou le bâti , et on cherche a ajouter des fonctions nouvelles adaptés au médias actuels, ou on cherche a augmenter les performances, quitte a recourir a des technologies nouvelles et n’ayant plus rien a voir avec celle du montage d’origine … Même si cela fait perdre de la valeur a l’objet (Le but n’est alors plus du tout de préserver l’authenticité de l’appareil ! c’est ce qu’on fait en remplaçant, dans un poste ou un ampli ancien, l’électronique à tubes par des transistors ou circuits intégrés, en ajoutant un adaptateur bluetooth ou un lecteur MP3 avec port USB …Ou dans le cas d’une machine industrielle, en adaptant une commande numérique neuve sur une vieille machine dont on conserve le bâti, la mécanique, les carters … C’est ce que je fais aussi en “rétrofitant” une sono, en adaptant de nouveaux haut-parleurs plus performants et en modifiant les filtres, les caisses , et évent des enceintes existante, ou en modifiant ou remplaçant les cartes électroniques de l’ampli en conservant son transfo et son boitier , ou en ajoutant un lecteur USB a un équipement analogique …)

  • 4 Remettre aux normes

Le but est alors de modifier ou reconstruire le matériel , sans en arriver a son remplacement complet, pour des raison de sécurité et de mise en conformité (ceci sort du domaine des postes et appareils dont il est question ici, et s’applique surtout au cas d’un équipement électrique de salle des fêtes recevant du public … Ou a un tour ou une fraiseuse utilisée dans une usine par des salariés …Parfois une telle remise aux normes est irréalisable, ou trop couteuse, d’autant plus qu’apres avoir été modifié il doit être controlé par l’ APAVE ou la SOCOTEC ! et conduit souvent au remplacement complet de l’équipement ancien même s’il fonctionne encore ! )

Pour moi

Le cas 1 s’applique a des appareils de collection de grande valeur (je le comprend, mais ne l’applique que très rarement ! je ne cherche pas a restaurer d’appareils de collection de grande valeur par c’est pas mon truc, et ne suis pas un acharné de la restauration a l’identique …)

Le cas 2 est, pour moi, le plus courant, et s’applique a l’immense majorité des appareils
(c’est celui que j’applique et de loin le plus souvent , que ce soit en électronique a tubes, ou en petit appareils électriques et électroniques , hors équipements professionnels, bref, toute sorte d’appareils électrodomestiques …allant de la TV à la perceuse en passant par le sèche-cheveux ou la cafetière ! )

Le cas 3 est, a mon sens, regrettable pour des postes anciens car ça les dénaturent …Mais se comprend et s’applique lorsque l’appareil doit servir dans la vie de tous les jours , doit être compatible avec les médias modernes , ou lorsqu’il y a un impératif de praticité ou rentabilité !
(c’est ce que je fais pour du matériel de prestations sono, pour être capable de lire les supports musicaux actuels, de donner un bon son, et assurer un service fiable pour ne pas faire rater un anniversaire ou un mariage … ou du matériel destiné a un usage domestique courant , qui se doit d’ être d’un emploi pratique, et adapté a notre monde moderne …)

Le cas 4 , hors sujet ici , ne concerne quasiment que des équipements publics ou industriels, avec a la fois un impératif de rentabilité, et des exigences de conformités aux normes .
(Je l’applique, parfois, pour le cas d’équipements professionnels, de machines de production …)

sloup

+ 1 Patrick

Pour moi: c’ est ton cas # 2 car à très peu d’ exceptions près, je n’ ai pas vraiment de postes de valeur.

A +.

Bonjour,
La restauration n’a vraiment d’intérêt que pour les vrais collectionneurs, ceux qui veulent des radios dans leur état d’origine, peu importe qu’elles n’aient plus aucune station à recevoir.
C’est souvent mission impossible car il est difficile de trouver composants et lampes d’origine, il faut donc “tricher” en utilisant des composants récents maquillés.
Ensuite, il y a ceux qui veulent simplement redonner la parole à une vieille radio, en lui greffant bluetooth et FM pour qu’elle devienne “vivante” et quitte une étagère du garage pour une place dans le salon.
Ceux là vont réhabiliter la partie alimentation et BF, mais rien ne permet d’affirmer que ça marchera bien longtemps.
Le troisième niveau, c’est celui qui ne va conserver que la caisse et installer un module ampli, un haut parleur de qualité et un module bluetooth et FM, en attendant le DAB.

Finalement c’est le dernier qui a raison, sa radio aura retrouvé vie sans limitation de durée…

Les autres n’auront fait que gagner quelques années…
Cdt,
gérard

Moi j’aime bien parler de restauration, même si je ne m’embête pas à vider les capa pour en faire des « cache misère » ! Un poste ça a une histoire, c’est sûrement passer dans les mains de plusieurs réparateurs ! Alors pour ce qui est de composants d’origine … :grin:

bonjour a tous
moi je me régale a videz les vieux et
mettre des neuf a l’intérieur avec étiquette
et vider aussi ceux en tube alu et du neuf a l’intérieur
sa me passe le temps et je ne m’enmerder pas

1 J'aime

C’est un loisir comme un autre, le plaisir de remettre en marche un poste ancien, en refabriquant les composants d’origine, pour que, extérieurement, on ne voie pas la différence avec les originaux.

C’est ce que Sloup appelle la « restauration ». C’est ce que j’aurais fait, je pense, si j’avais eu le temps. Car évidemment cela doit prendre beaucoup de temps.

Mais honnêtement, si j’arrive à changer un condensateur je considère déjà cela comme un exploit, alors, les refaire à l’identique, inutile de même y penser……
:smile:

Cordialement

Chacun trouve son plaisir selon son savoir-faire, son temps et ses moyens, il n’y a rien à dire à celà.
Quand je vois ce qu’arrivent à faire les passionnés dans beaucoup de domaines, je suis émerveillé !!
D’ailleurs je dois reconnaître qu’il n’y a plus que cela qui m’émerveille aujourd’hui.
Parfois on découvre l’oeuvre d’un passionné qui a vraiment été au fond des choses, l’oeuvre de sa vie sans compromis, avec des moeyens parfois dérisoires et là, on reste sans voix !!!
C’est malheureusement de plus en plus rare.
cdt,
gérard

Plusieurs intervenants ont mentionné " des appareils de collection" . Qu’est-ce à dire?
Chaucun peut se faire sa collection collection de Philips, de Sonora, de Radialva, de…
Des appareils qui ont de la valeur ? Valeur de la rareté, de l’esthétique ? Qui définit cette valeur , la loi de l’offre et du marché, ou les brocs qui sur le BC ou Ebay, collent des prix complètement fous, comme un R-Desjardins plastique, pour 300€ ?

1 J'aime

simple point de vue de vocabulaire : “restauration” signifie (pour moi, en tout cas…) remettre dans l’état d’origine; donc faire des condos d’apparence ancienne avec du neuf, est seulement une restauration “visuelle”! ce qui est déjà pas mal en soi! une véritable “restauration” serait de mettre des condensateurs papier…

mais comme il a été dit, à part s’il s’agit d’un unique exemplaire d’il y a un siècle, chacun fait sa sauce!

Bonsoir

Les rénovations sont en fonction de la capacité et de l’expérience de chacun , les amateurs n’auront pas les mêmes techniques pour effectuer le travail et les mêmes motivations qu’un professionnel;
En général c’est pratiquement jamais dans un but de profit, c’est le plaisir et la satisfaction de revoir fonctionner ses appareils quel qu’ils soient , de “collection” où pas de constructeurs connus où inconnus ;;

@Sicoire
Je ne vois pas pourquoi des amateurs feraient moins bien que des pros ???
Amateur signifie bien “aimer” et quand on aime on ne compte pas, ni son temps, ni son argent ???

Bonjour,

il y a effectivement, et même dans le cas de réparation ou rétrofit d’amateur , une grosse différence entre le cas d’un appareil “de collection” ou “ayant une valeur sentimentale” (c’est souvent le cas des postes dont on parle ici !)
Et le cas d’une réparation ou d’un rétrofit ayant un but lucratif , ou de rentabilité , soit dans l’activité de dépanneur (dépannage d’électroménager , par des artisans, ou des amateurs touche-à-tout voulant arrondir leurs fins de mois …) soit parce le but final de l’appareil est de faire de la production (dépannage, rétrofit, ou remise aux normes d’une machine-outil industrielle, d’une armoire d’automatisme de process …C’est alors du domaine de l’industrie !)

Les motivations ne sont pas du tout les mêmes ! et il peut y avoir quelques cas particuliers appartenant a ses deux catégories simultamément …C’est souvent le cas du matériel de sonorisation
(il y a en effet, souvent, a la fois le plaisir de réparer ou rénover ce matériel et d’en faire sortir un son, et de préférence du bon son, avec souvent une recherche d’optimisation de ce son … et un but de rentabilité lorsque ce matériel de sono est utilisé pour des prestations rémunérées, la réparation doit alors a la fois satisfaire celui qui l’effectue, satisfaire l’auditoire ne pas couter trop cher pour rester rentable, et avoir une “garantie de résultat” pour réussir a coup sur et ne pas tomber en panne en cours de prestation ! )

sloup

stecha je t’ai choqué , je ne vois pas pourquoi , l’expérience n’existe pas …?

@Sicoire
Non tu ne m’as pas vexé, nous sommes souvent en phase tous les deux.
Mais bizarrement, je me dis que des amateurs peuvent faire aussi bien que des pros, malgré leur longue expérience.
Et le forum démontrerait plutôt le contraire ? cf les aides très besogneuses des profs faites aux amateurs du dimanche. Certains ( ou certaine) n’ont pas donné donné suite.
Je te souhaite une bonne soirée
Steve

Bonjour,

oui, des amateurs peuvent faire aussi bien que des pros, et parfois mieux …En effet

-Il y a certains pro qui, sous pretexte “d’être payé au rendement” , ou par volontée un peu trop abusive de rentabilité…Ou parce c’est le dernier dépannage du vendredi …baclent le travail !

-Il y a des “faux pros” , souvent des chômeurs issu de milieux défavorisés, qui s’improvisent dépanneurs , faute de trouver d’autre boulot plus adapté, et sans avoir les connaissances nécessaires, et ce sont souvent des gougnafier …qui font parfois plus de mal que de bien !

Ce genre de pratiques n’arrivent pas (ou bien plus rarement !) avec les bricoleurs du dimanche qui font ça en tant que loisir ! (mais qui ont parfois d’autre limitations pour accomplir ce travail , tel que le manque d’outillage ou d’instruments de mesure …Certains outils ou instruments sont en effet très cher, ou ne sont pas vendus aux particuliers !)

sloup

Un amateur qui restaure par passion ne peut être comparé à un professionnel, pour lequel le temps est comptè et la rentabilitè doit être assurée.
Je qualifierai plutôt l’amateur qui réussit sa restauration d’artiste.
Cdt,
Gerard

1 J'aime

Bonjour,

oui, effectivement, un amateur qui restaure ou répare par passion un objet de collection ou un objet ancien n’ayant pas de vocation utilitaire , ni d’usage professionnel (un poste de T S F, une horloge comptoise, ou une chambre moyen format a soufflet …) n’est pas comparable a un pro…Mais plutôt a un artiste si celle ci est particulièrement réussie …

Mais si il un peu touche à tout, et si il met a contributions ses connaissances et son habiletée … Pour réparer aussi un chariot-élévateur, ou plus prosaïquement la chasse d’eau des water-closets ?
Ne peut on pas le comparer a un pro, ici à un mécanicien ou un plombier !?

Bon, j’avoue qu’il n’y a rien d’artistique a “réparer un chiotte”… Et bon, on s’égare …

sloup

Bonjour,

<<l’amateur et le professionnel se rejoignent lorsque tous deux transforment leur technique en art…>>

Semreh - Pensées profondes - 2018