Radiofil magazine n°100 Septembre / Octobre 2020

RADIOFIL MAGAZINE n°100
La prochaine édition de Radiofil magazine à paraître début octobre portera le numéro 100 ; il fallait fêter cela !

A découvrir la nouvelle maquette à la mise en page plus aérée, plus moderne et, exceptionnellement, 108 pages au lieu de 68 avec, au sommaire :

Trois dossiers majeurs :
TSF : quinze pages consacrées à la technique de la TSF des années 20 racontant avec clarté et simplicité dix années d’événements techniques qui ont modelé et industrialisé la radiodiffusion. Rédigé par le maître Serge Logez, c’est passionnant.

Théorie : il fallut attendre le début du XXe siècle pour voir l’abandon de la théorie de l’éther et apporter la preuve de l’existence d’une particule transportant l’énergie du rayonnement électromagnétique : le photon. Une démonstration magistrale de Jean Gadreau, un régal pour les neurones.

Restauration : un vieux coffret enfoui dans la cave d’un musée révèle l’aventure atypique d’un récepteur très spécial, du temps où il fallait écouter les signaux morse pour mettre les pendules à l’heure. Une recherche minutieuse, suivie d’une restauration menée dans les règles de l’art. Le tout est conté par Jean-Claude Pesant qui nous guide fidèlement dans le contexte historique autour de l’année 1910.

De nombreux articles très illustrés :
• La restauration d’un beau Sonora Excellence 302 et celle d’un récepteur de trafic Hammarlund HQ140.

• L’histoire de la grande marque qui fabriqua des petits postes : Pygmy.

• La saga à rebondissements de l’invention du disque 33 tours.

• Une interview d’un passionné, retraçant une vie tumultueuse et quatre-vingts années dédiées à la radio !

• L’Amplifil acte II : après cinq ans d’absence, grâce à l’équipe de Gérard Prieur, le projet de conception et de réalisation d’un amplificateur BF de haute qualité est reparti !

• Rétrospective : la TSF à Thouars en 1923 ; les postes de la « Maison Georges Gilbert ».

• Fiche technique : le récepteur Zenith Trans-Océanic Royal 1000-D.

Sans oublier les rubriques installées ou nouvelles !
• Le coin des astuces :
Identifier un tube dont la référence est effacée.
Comment remplacer une valve 25Z6 par une PY82 ?
Condensateurs en série : oui, mais…

Je découvre la TSF : les lampes.

La Presse d’hier et d’avant-hier : quelques articles du passé. Textes désuets ou extraordinairement toujours d’actualité.

L’actualité des clubs : le Radio-club du Perche.

Le courrier des radiofilistes : l’eau japonaise ? – Retour et conseils sur l’impression 3D.

La vie du club :
Résultats du scrutin de l’AGO et du mini sondage : pas loin de 600 suffrages exprimés !
Projet de fusion des forums et portail internet : le point.

Espace détente : la rubrique du professeur Tocké et le jeu des 7 erreurs TSF.

Adieu les longues soirées ternes et monotones du mois d’octobre…
Bonne lecture !

Le rédacteur en chef par intérim
Daniel Werbrouck

Pas encore abonné ou adhérent ?

Un simple clic ici , et c’est réparé…

6 J'aimes

bonjour
ou peut on ce procurée le magazine radiofil ??
merci

Bonjour
Tu as la réponse juste au-dessus, il faut être adhérent Radiofil

Et ça vaut vraiment le coup.

1 J'aime

le vrai but de Radiofil a venir s associer avec Doctsf c est de venir recuperer les membres de doctsf c est bien ce que je disais il y a plusieurs mois ils cherchent a recuperer du fric
mais non désolé radiofil pour moi c est fini
je reste fidéle a Doctsf et c est tout

2 J'aimes

Bonjour Paul
Vous pouvez penser cela. Mais si vous lisez les résultats du récent sondage effectué ici même, sur retro-forum et chez les adhérents de Radiofil (en tout près de 700 réponses), vous seriez surpris de constater que la majorité des membres qui fréquentent les forums sont soit déjà visiteurs soit déjà inscrits sur doctsf…
Donc, voyez-vous, le but de ce message est d’informer sur le sommaire du magazine, ce qui me paraît cohérent compte-tenu de la nature des sujets abordés avec ceux traités sur ce forum, non de « recruter » ni de faire « du fric » comme vous le pensez. A 39 € par an, les 6 numéros du magazine de 68 pages (et parfois, comme ce numéro 100, des éditions exceptionnelles), il paraît bien difficile de faire « du fric » quand on connait les tarifs des imprimeurs et ceux, pas tristes non plus, de la Poste…
Bonne soirée à vous.
Daniel

4 J'aimes

Bonjour,
devant la désertification en matière de publications électroniques et radio ,francophones, le magazine Radiofil est une bouffée d’oxygène pour les amateurs de radio et électroniques anciennes.
J’attend donc le N°100!! :blush:
Merci.
Olivier.

1 J'aime

ok merci de la réponse

J’ai commencé avec le numéro 41 de « Rétrophonia » c’était en 2002, et je renouvelle tous les ans. A l’époque, la revue était bien moins étoffée qu’elle l’est aujourd’hui. Bravo est merci à tous les rédacteurs pour ce magazine vraiment irremplaçable et qui n’a pas d’équivalent ailleurs. :hugs:

4 J'aimes

J’ai le N° RPH 626…Ne sait même plus l’année !! :smile:

Ca doit dater effectivement ! Moi j’ai le 1695, bien après donc :wink:

J’ai le N°328 et le N°0 de Rétrophonia…!
Pu…n je suis vraiment dans les « v…x » anciens c’est mieux :yeh:
Le N° 1 de RPH ? ça doit être @Jean-Michel_Bourque ?

1 J'aime

Oui ça nous rajeunit pas…
Pour info, je viens de retrouver le numéro « 0 » de Rétro-Phonia fabriqué tout seul comme un grand par Jean-Michel : il est daté de janvier 1995.

Quant au numéro 1 de Radiofil magazine, il est daté de mars 2004…

A y regarder de plus près, il n’y a que les TSF de la couverture qui n’ont pas vieilli !

2 J'aimes

Logiquement oui mais en fait je porte le numéro 002.

Quand j’ai créé Retro-Phonia l’association j’ai attribué le numéro 001 à Jacques Barbier, membre d’honneur de Rétro-Phonia, en hommage et en remerciement de son aide.

C’est ce monsieur, mon oncle, qui m’a initié à la restauration des TSF et encouragé dans mes projets.
C’est chez lui à Dijon que se sont déroulées certaines entrevues préliminaires à la création du club Retro-Phonia. Je n’ose pas retrouver la date… :wink:

Salutations à Jacques Barbier RF 001 !

Avec un montage à la colle et au cutter, et façonnage à l’agrafeuse.
Jusqu’au numéro 8 ou 9 où j’ai pété un plomb : marre de devoir débourrer l’agrafeuse une fois sur 5.
J’ai filé chez un façonneur à qui je confiais les pages imprimées par mes soins.

J’avoue avoir imprimé une partie des pages chez mon employeur de l’époque, entre midi et 2.
Mais cela ne suffisait pas à soulager mon imprimante laser. Elle chauffait tellement que je suis passé à l’impression offset…

Les « fiches ivoire », au centre, comportaient un schéma issu de publications que je ne voulais pas découper. Je plaçais donc le fond de page préalablement imprimé et découpé en forme de masque pour faire apparaitre le schéma au bon endroit…

4 J'aimes

Oui, fait à la main chez lui comme le premier Apple One de Steve Jobs … :wink:

J’avais le 643 , abandonné lorsque quelques « savants » ont commencé à décrire un ampli BF et les différents « rendus » en fonction des lampes et de leurs marques :sweat_smile:

1 J'aime

La barbe d’Antonio a bien blanchi quand même ! :wink:

Dis donc, on se tenait de prés !! :wink:

Bonjour, moi j’étais N°1031

bonjour

Et moi : 4909 le 30/09/2007 , avec le n°22 de la revue , adhésion non reconduite mi 2011 .