Reela en grande difficulté

Voici un document du Sénat, le 24 novembre 1977, que j’ai trouvé en cherchant des infos sur Esart…
Le paysage radio a bien évolué depuis !..

bonsoir

Et oui , après toutes ces PME bien connues , ça a continué ensuite avec les grandes entreprises , comme Alcatel , qui après 1995 a récupéré un patron qui voulait une entreprise " fabless " , c’ est à dire sans usines … et tout - ou presque - est parti dans le sud est asiatique ou a été vendu … et après le " sans usines " , Alcatel est devebue une entreprise " sans salariés " , puis " sans clients " , qui n’ existe plus puisque rachetée par Nokia :unamused:

Bonsoir
Dans les années 196o il y eut les regroupements : Clarville, Oréga, CSF digéré par Thomson, d’autres CGTVE, Schneider, Amplix, englouti par Philips aussi ITT Schaub Lorenz, Océanic, Claude , regroupements pour avoir de grosses usines et être compétitif, disparaitre ensuite

Dans les années 50, il y avait beaucoup de made in USA.Dans les années 60/70/80/90,je voyais pas mal de made in Germany,Japan,Honk-Hong,Taïwan,Singapore …Comme il est dit dans le titre d’un autre sujet: Les chinoiseries,on y vient tous un jour.

Merci Jean-Michel pour cet intéressant document.

Patrick.

Merci Jean-Michel pour ce document fort intéressant. Je crois que la dernière entreprise de ce domaine a été Optalix qui en disparaissant a fait tomber les dernières barrières douanières qui protégeaient ces constructeurs radios.

En parallèle de l’industrie électronique, il y a eu l’informatique française : la fusion de la C.I.I (Compagnie internationale pour l’informatique) avec Honeywell Bull qui donna CII-Honeywell Bull rapidement transformé en Bull tout court et vendu plus tard en appartement.

C’est au moment que C.I.I. issue du plan calcul imaginé par de Gaulle, produisait des ordinateurs qui auraient pu entrer en compétition avec ceux de IBM que cette société a été sabordée. Décision prise par le président de l’époque VGE. A qui a profité le crime.

Je n’en reviens pas pour les conséquences de la disparition d’Optalix sur les barrières de douane qui protégeaient nos derniers constructeurs radio…

Source livre “La nouvelle Saga Optalix” qui faisait référence à un article paru dans “Nouvelle de la Somme” le 24/10/84.