Tempête dans un bénitier

ça va pas fort chez Emmaüs…
Le titre laisse penser qu’il s’agit d’un lieu de culte, mais il n’en est rien, les seuls crucifix qu’on y trouve sont à vendre et trouvent rarement preneur, il doivent être dépoussiérés avant usage.
L’Abbé Pierre doit se retourner dans sa tombe.
L’agence de Parempuyre, située à moins de 2 km de chez moi est en grève, du jamais vu…
D’autant plus étonnant qu’il n’y a quasiment pas de salariés.

Leur revendication porte plutôt sur l’encadrement, mais on ne peut exclure une “règlement de compte” politique, avec des soupçons de spéculation immobilière, le prix du m² à Parempuyre montant en flèche.

L’affaire est à suivre…
cdt,
gérard

Emmaüs Gironde c’est aussi 320 salariés , en plus des compagnons. Action sociale et aussi construction de logements sociaux à ossature bois.