Tester un condensateur au papier à peu de frais

Bonjour,
On peut tester un condensateur au papier très simplement avec un flash d’appareil photo jetable.

  • dessouder le condensateur de stockage d’origine
  • raccorder le condensateur à tester en plaçant une résistance de 1k Ohms 1W en série
    connecter un voltmètre sur la résistance.
  • placer une pile et appuyer sur le contact de mise en marche du flash (attention ou vous mettez les doigts !!!)

IMG_2431

Observer l’indication du voltmètre qui indique 1V par mA de courant.
Le courant s’établit au départ, il est d’autant plus élevé que le condensateur a une forte valeur (jusqu’à 0,25µF environ).

  • Le courant diminue régulièrement jusqu’à devenir inférieur à 1mA : le condensateur est bon*
  • Le courant diminue, puis remonte progressivement, le courant de fuite augmente avec a tension, le condensateur est défectueux et il vaut mieux arrêter si on ne supporte pas l’odeur du goudron brûlé.

On peut placer un voltmètre en parallèle avec le condensateur pour visualiser l’évolution de la charge.

Avec une simple pile de 1,5V, on peut obtenir une tension de plus de 500V sur un condensateur de 1µF en bon état, cela est suffisant pour tester les capas “goudron” qui, chez moi, sont à 99% défectueuses…
je ne dois pas habiter sur la même planète que certains !

C’est un petit circuit qu’on peut mettre en boite facilement, le néon d’origine permet de vérifier si ça marche.
En tout cas aussi efficace et moins cher qu’on contrôleur d’isolement.

  • c’est juste pour vérifier, moi je le change quand même…
    cdt,
    gérard

C’est à peu près ce que je fais avec mon mégohmmètre. Je met l’appareil sur le calibre 500Volts et je regarde si la tension augmente normalement.

Tout le monde n’a pas la chance de posséder un mégohmmètre…
cdt,
gérard

Il y a aussi la méthode que propose Toto la galène :
Il teste les condos sous une tension HT de 250V qui provient de l(alimentation d’un autre poste en mettant son voltmètre en série.

L’important, c’est de ne pas les tester à l’ohmmètre sous 9 volts !

bjr,
pour les anciens chimiques a électrolyte liquide, c’est pas mieux !
voici un test réalisé par Pierre sur le site Cfp radio:

Tentative de reformage des condensateurs électrolytique. Pour le premier, après 2 heures, rien à faire. Il sera remplacé. L’autre à l’air de se régénérer.

De 10mA sous 150V, Je passe rapidement à 6mA et ca descend progressivement.

Au fur et à mesure que l’intensité diminue, la tension monte.

Ensuite je passerai sur le calibre 250V, tout se passe bien, je descend à 0,2mA, ce qui est très bon. Je passe à 350V et la, ca se corse un peu, ca descend doucement. Je laisse toute la nuit mais rien à faire, je reste à 2mA, ce que je trouve trop important, je ne m’autorise pas plus de 1mA d’intensité dans un condensateur de filtrage, c’est comme ca !!! De plus en le débranchant, je vois qu’il ne tient pas tellement la charge, au bout de 20 secondes il n’a quasiment plus rien dans le ventre, donc à remplacer lui aussi.

Je ne décrit pas le remplacement, c’est toujours pareil, vidage du condensateur, mise en place d’un neuf et ressertissage.
Comme on peux le voir; pas bcp d’espoir sur ces vieux condos, sans compter à tout moment le risque de C/C et d’explosion!!!
Cdlt
domi

Bonsoir Domi,
Je suis en train de reformer des électrochimiques SIC SAFCO 15µF/500V jamais utilisés qui ont bien plus de 40 ans de tiroir, Ils datent des années 70. ils portent la référence 707-773
Je les connecte à une alim 0-500V/limitée à 10mA.
Je commence à 400V, le courant est à la limite pendant environ 30 s, puis décroit lentement pour atteindre moins d’1mA après 3mn environ, le condensateur est à 38° puis le courant chute plus lentement pour finir à moins de 50µA au bout d’une heure (j’ai tout enregistré).dans le lot de 6 condensateurs identiques, deux ne descendent pas en dessous de 120µA, 1 ne dépasse pas 250V,… poubelle.
Je me demande quelle est le courant de fuite acceptable ?
La reformation est très visible et bien plus rapide que je ne le pensais.
Ce qui est curieux, c’est qu’elle semble se faire par étapes, on voit un palier, puis au bout de quelques minutes, le courant repart à la baisse.

Mais tout cela est vraiment du temps perdu, il vaut mieux acheter de bons condensateurs actuels qui sont excellents.
cdt,
gérard

Bonsoir

“Je me demande quel est le courant de fuite acceptable ?” < SIC!

Voici la réponse >>>>>

https://www.carnets-tsf.fr/redirect:/courant-de-fuite.php/courant-de-fuite.html

Bonsoir,

L’intérêt est surtout avec les condensateurs électrolytiques anciens à électrolyte liquide, qui s’ils n’ont pas de fuites ne risquent pas d’être secs.

Pour ces derniers qui équipent les postes Philips des années 30, certains se reforment très rapidement d’autre il faut plus de patience et réesayer à un jour d’intervalle.

Mais si vous êtes impatients mettez des condensateurs modernes à la place.

Si vous aviez commencé à 100V ou moins, vous auriez un meilleur taux de récupération, les condos ayant été moins stressés et la couche d’alumine se reforme mieux…

Bonjour,
J’ai repris le condensateur dans la poubelle et refait une régénération en partant de 200V.
On arrive à un courant de fuite inférieur à 50µA en moins d’une minute.
Je monte à 300V, le courant remonte à 4mA puis redescend en dessous de 50µA en peu de temps.
Je continue d’augmenter la tension à 400V et le même phénomène se produit, le courant de fuite ne dépasse pas 50µA.
A 450V, le courant de fuite a plus de mal à descendre, il est d’environ 160mA au bout de 10mn mais continue à descendre très lentement.
A 500V, le courant de fuite remonte progressivement, le condensateur commence à chauffer.

Conclusion:
On peut effectivement récupérer assez rapidement un condensateur stocké trop longtemps à condition de lui appliquer une tension progressive comme a écrit si justement Pierrot, par exemple par palier de 50V.
Mais il faut arrêter de monter en tension dès que le courant n’a plus tendance à baisser, cette limite constitue la nouvelle tension maximale de service et il vaut mieux se tenir prudemment en retrait.
Difficile de savoir quelle sera la tenue dans le temps d’un condensateur ainsi “régénéré”.

Ce processus serait très facile à automatiser avec un microprocesseur commandant une alimentation haute tension avec retour du courant.

Pendant que j’écrivais ce texte, le condensateur a atteint 50µA sous 450V.

Le prix d’un condensateurs axial de 15µF 450V est d’environ 6€, ce qui est déjà appréciable, mais un condensateur de même capacité et tension en version radiale coûte 3 fois moins cher…
La messe est dite…
cdt,
gérard

Le condo sur lequel vous avez fait les derniers essais est problématique et ne doit pas être réutilisé, trop de risques…
Ce que je voulais dire c’est que si vous l’aviez mis sous tension la 1èer fois sous moins de 100V, il aurait pu reformer sa couche d’alumine dans de meilleures conditions pour sa survie à long terme.

Finalement, le plus simple est de connecter le condensateur sur une alimentation fournissant 80% de sa tension marquée en interposant une résistance pour limiter le courant.
Par exemple, j’ai placé un 15µF/500V sur une alimentation 450V en interposant une résistance de 1M.
Le courant ne dépasse jamais 500µA et diminue tandis que la tension monte au fur et à mesure que la couche isolante se reforme.
Après quelques minutes, le courant se stabilise à moins de 100µA et décroit très lentement, j’enregistre le phénomène.
Il faut plus d’une heure pour que le courant tombe en dessous de 50µA et que la tension monte à 450V.
Cela semble confirmer qu’il faut un courant très faible pour assurer la reformation de la couche isolante, et surtout de la patience…
cdt,
gérard

Bonjour
Tous ses atermoiements pour voir si un condo est bon où mauvais en calculant la vitesse qu’on va mettre pour connaitre sa capacité , la fuite en courant et sa durée de vie . ??
J’ai encore en stock quelques vieux chimiques neufs uniquement en “SIC” et “COGECO”, passé au capacimètre dont leur valeur est correcte, ça fait des années que je les remets en service sans formatage et ils n’ont jamais lâché, on trouve encore des appareils équipés d’origine des années après guerre avec des chimiques bons, d’autres fabrications que ceux cités sont tous HS sauf les chimiques allemands .

Cdt

Bonjour,
C’est précisément parce que j’ai eu des déboires avec des condensateurs SIC SAFCO de cette gamme (707-773) que j’ai eu l’idée de les tester, voire les reformer.
A noter que ces condensateurs ont une gamme de température assez restreinte de -25 à +55°C
J’en ai installé dans des radios que j’ai restaurées et certains se sont envoyés en l’air après quelques dizaines de minutes de fonctionnement, j’ai eu de la chance, aucun n’a pété, mais on ne pouvait pas tenir la main dessus, ils étaient chauds au point que le gainage jaune ou rouge s’était rétracté.

Je dois préciser qu’ils étaient tous bons au capacimètre.
cdt,
gérard

Bonjour
il faut faire travailler le condensateur à remettre en état : charge à travers 47K et décharge sur 470 Ohms toutes les 5 secondes assez facile à réaliser avec un simple poussoir
le contrôle se fait en mesurant la tension aux bornes , on le voit se reformer petit à petit au fur et à mesure des cycles charge/décharge

Bonsoir,
J’ai essayé ton procédé, ça ne marche pas avec mes condensateurs, les condensateurs chauffent le courant résiduel se met à augmenter.
Le meilleur procédé, et le plus simple, consiste à appliquer la tension nominale à travers une résistance série de façon à ce que le courant ne dépasse jamais le mA.
La tension augmente graduellement alors que le courant diminue.
Puis arrive une plage dans laquelle rien ne bouge plusieurs heures, bien avant d’atteindre la tension nominale.
Enfin la tension se remet à monter lentement jusqu’au nominal alors que le courant diminue pour finir à moins de 50µA.
Avec un courant plus élevé, le condensateur commence à chauffer et le courant repart à la hausse.
Faire des décharges n’améliore pas la récupération d’après ce que j’ai constaté.

Ce procédé par pulses de charge/décharge est utilisé dans la régénération des accumulateurs Cd-Ni et fonctionne assez bien, il existe des circuits intégrés qui fonctionnent sur ce principe.

Pour revenir aux condensateurs, comme indiqué plus haut, il faut un courant très faible… et du temps.
Mais ça marche !!
cdt,
gérard

suite…
J’ai placé 5 condensateurs 33µF/500V SIC SAFCO neufs mais datant des années 70, sur une alimentation qui délivre 500Vcc chacun à travers une résistance de 500Kohms et durant plus de 12H.
La plupart n’ont pas dépassé la tension de 450V pour un courant de fuite final voisin de 60 µA.
Si je leur applique 500V;, le courant de fuite grimpe dangereusement, et le condensateur s’échauffe, je n’ai pas insisté…
Conclusion : on peut régénérer les condensateurs électrolytiques, mais on perd environ 10% de tension admissible.
En outre, rien ne permet d’affirmer qu’ils dureront très longtemps.
cdt,
gérard

bjr,
je persiste à croire que la “régénération” des condensateurs chimiques de plus de 40 ans est une douce superstition qui persiste encore dans l’esprit de certains!
Si un effet momentané est visible rien , aucune étude sérieuse ne permet de dire que cela va durer et permettre d’obtenir un composant proche de ses caractéristiques originelles et surtout …sans risque!

Si quelqu’un veux “s’amuser” j’ai deux condensateurs philips (à électrolyte liquide) des années 30 à céder pour tests:
ils sont neufs (jamais soudés)…
cdlt
domi

Bonjour Domi,
Tu as certainement raison, mais j’aime bien aller au fond des choses, je n’y peux rien, c’est ma nature…
Comment sais tu que tes condensateurs sont à électrolyte “liquide” ?
Je pensais que tous les condensateurs électrolytiques étaient ainsi.
cdt,
gérard

j’avais un Philips 535U avec ses électrolytiques d’origine,je l’ai donné à un neveu,il fonctionne parfaitement,j’ai juste changé le condo de liaison BF et celui entre les nids d’abeilles en série sur le secteur.Ils se sont reformés eux mêmes,d’une part grâce à la mise sous tension trés lente et progressive via le tube C1 fer/hydrogène,et aussi la tension anodique relativement faible puisque c’est un tous courants.
Olivier