Transistor mosfet

Bonjour à tous , quelqu’un sait comment tester les transistors Mosfet P et N , comment voir rapidement si un mosfet est grillé ?
René

bjr,
avec un testeur de composants:


cdt
domi

La technique simple et économique du doigt (ou autre extrémité) mouillé.

Pour un mosfet « N »
Placer en série une plie de 4,5V et une ampoule de lampe de poche (sur le +), relier la lampe au drain (généralement la patte du milieu) et le - de la pile à la patte « source », qui peut être à gauche ou à droite, voir datasheet…
.
Deux solutions :

1- la lampe est allumée :
Mouiller (ou faites mouiller) deux doigts et en appliquer un sur la broche gate l’autre sur le - de la pile, la lampe doit s’éteindre.
Si ça ne marche pas le Mosfet est en CC > poubelle

2- La lampe est éteinte :
Utiliser les mêmes doigts que précédemment, un sur la gate et l’autre sur le + de la pile, la lampe doit s’allumer.
Si la lampe ne s’allume pas, le Mosfet est défunt, > poubelle

Pour type « P », inverser la pile et faire les mêmes tests

Cdt,
Gérard

Y’a plus simple ?

Multimètre > Diode > tester les jonctions ! :smiley:

Bonjour,
Non, ce n’est pas plus simple !
Un Mosfet n’a pas de jonction.

+1

Effectivement, le testeur chinois, c’est le plus simple et le plus complet en terme d’informations sur les MOSFET et avec détection auto Canal N ou P et du brochage.
Je ne suis pas un grand fan de ces chinoiseries mais dans ce cas précis, il ne faut pas hésiter.
11.67€ monté en boitier

Et éventuellement prévoir une batterie Li-Ion de ce genre :

Marc

La methode suggérée par guilhem (et qui fonctionne d’ailleurs aussi avec les transistors petits signaux) a en plus de la simplicité évidente un avantage énorme : elle permet de comprendre comment fonctionne un MOS

Je possède au moins une dizaine de testeurs divers Chinois ou autres, beaucoup plus chers et pourtant je pratique le plus souvent la méthode du « doigt mouillé » avec une alimentation limitée en courant, je n’ai que deux fils à brancher, je trouve très vite le brochage, la polarité etc…
Bien sûr que ça marche aussi avec les bipolaires.
cdt,
gérard

Moi, je vis avec mon époque. Si je peux tester un mosfet en 3" sans sortir une pile ou une alim, une ampoule, du fil électrique et du temps pour trouver le brochage et le type, j’utilise un testeur.
Dans les repairCafés où j’interviens, on n’a pas beaucoup de matériel avec soi et le temps est limité.

merci pour l’info , il me semble qu’il y a une diode qui relie le Drain à la Source est ce qu’il faut tenir compte de cette info , peut-on remplacer un mosfet par un similaire ? comme pour les transistors
slt
René

J’interviens moi aussi régulièrement dans un repair café, j’utilise principalement 3 outils, un multimètre, un contrôleur d’isolement et une petite alimentation à limitation de courant, avec ça je teste 99% des composants, la totalité des câbles qui représentent près de la moitié des pannes, les batteries, les résistances les thyristors et triacs les Zener, les transistors, l’isolement des appareils (n’oublions pas la sécurité) etc…
Les testeurs Chinois sont incapables de tester avec une tension suffisante
Mais chacun vit avec son époque…:blush:
cdt,
gérard

+1 :blush:

Les repair cafés jouent souvent sur la corde raide.
Remettre en service un appareil dangereux arrive assez souvent, même si le propriétaire apporte un appareil sous sa propre responsabilité, rien ne permet d’affirmer qu’un avocat pourri d’office n’aura pas l’idée d’intenter un procès à l’asso et ce sera la fin d’une belle aventure.
C’est pourquoi mon intervention dans ce cadre consiste à la mise en garde, expliquer qu’on ne remplace jamais un fusible ou un fusible thermique très courant dans l’électroménager, sans rechercher la cause de sa fusion.
Un fusible n’est jamais la cause d’une panne, il est seulement le dernier rempart avant le 18.
Il ne faut jamais oublier de vérifier l’intégrité d’un cordon d’alimentation, et surtout la continuité de la connexion de terre.
Beaucoup d’intervenants essaient d’aller plus loin que la réparation de premier niveau, c’est une erreur, l’absence de matériel de contrôle et de compétences peut conduire à la catastrophe.
L’important est, là encore, de connaître ses limites.
Cdt,
Gerard

Bjr , merci pour les infos , je possède effectivement un testeur de transistor chinois malheureusement il ne s’allume plus tension d’alimentation indiqué 9-12V , il y a une référence marqué K1572189S
que composant pourrais être HS ?

Les mosfets je les tests sur le mode testeur composant sur oscilloscope ( courbe de lissajou)

Oula oui …
J’ai répondu sans réfléchir, j’me tais et j’arrête de dire de conneries :grimacing::sweat_smile:

Il y a des lustres, j’ai aussi utilisé la technique du doigt mouillé.
Il a l’avantage de pouvoir tester un Tz (transistor) dans sa fonction « Tz ».
Pour un Tz classique (Silicium), on va donc au delà de la mesure des deux jonctions et d’une éventuelle fuite CE.
Pour se faire, il suffit de ses doigts et d’un multimètre en position test diode.
Pour un NPN (silicium), relier le cordon rouge (le + donc) au collecteur, le cordon noir à l’émetteur et rapprocher progressivement la base du collecteur avec un doigt mouillé.
Même avec mon Metrix numérique des années 80, la technique fonctionnait parfaitement.
L’afficheur n’affichait plus l’infini mais une valeur qui diminuait en fonction du rapprochement du doigt entre base et collecteur…normal donc puisqu’en faisant conduire le Tz, la différence de potentiel C/E tend à diminuer (jusqu’à tendre vers zéro à la saturation du Tz).
Pour les PNP, cordon rouge sur l’émetteur, le noir sur le collecteur et le doigt mouillé entre base et collecteur.
Pour les « Germanium », ils fuient tellement que je ne sais pas (ou ne me rappelle plus) si la technique fonctionne aussi bien…à confirmer donc.
Alain

Bonjour,
Le doigt mouillé, quel outil fantastique !

  • savoir d’où vient le vent,
  • décider quel sera le déficit max des pays europeens,
  • etc

Pour l’avenir des pays Européens, c’est pas dans la bouche qu’il faut mettre le doigt…
cdt,
gérard

1 J'aime